Bénin

Affaire Owo-Lobè : ce que demande Martin Assogba à la justice

Bénédicte BANKOLE 23/07/2021 à 17:12

Dans une interview accordée au journal ‘’Le matinal’’ ce jeudi 22 juillet 2021, le Directeur Exécutif de l’Ong Alcrer (Association de Lutte Contre le Racisme l’Ethnocentrisme et le Régionalisme), Martin Assogba a réagi à l’affaire Owo-Lobè, relative à la « flagellation » d’un jeune au palais de la Fraternité Ogboni.

Selon les déclarations de Martin Assogba, Directeur Exécutif de l’Ong Alcrer, la Constitution de Bénin, en son article 8, stipule clairement que « La personne humaine est sacrée et inviolable. L’Etat a l’obligation absolue de la respecter et de la protéger ». « Dès lors, toute atteinte à l’intégrité physique d’un citoyen de notre pays constitue au sein de notre organisation, un sujet de vive et vigoureuse protestation et condamnation.

Lire aussi : Bénin : un député convoqué dans un commissariat pour avoir tapé une copine

L’ affaire dite Owo-Lobè que vous évoquez est inadmissible et mérite donc d’être dénoncée et découragée », a-t-il clamé.
Pour cela, il invite la justice à mener à bien des enquêtes déjà entamées pour que la lumière soit faite dans cette affaire. ‘

Lire aussi : Abomey-Calavi : viol collectif sur une étudiante de 20 ans à Kansoukpa

« La justice doit donc mener à bien les démarches déjà entamées pour faire jaillir la lumière sur cette affaire afin que les auteurs et commanditaires de cette grave atteinte aux droits de l’homme soient punis conformément aux lois en vigueur dans notre pays ; toute chose qui aura le mérite de prévenir et de décourager d’autres actes similaires. », a ajouté Martin Assogba.

Lire aussi : Bénin : les mentions au Bac 2021 disponibles en ligne à l’adresse suivante

De la célérité à l’approfondissement du dossier !

A la question d’apprécier la réactivité de la justice dans ce dossier, le Directeur Exécutif a répondu : « Nous avons été agréablement surpris par la célérité et sommes très contents ; toute chose que nous avions tout le temps souhaité de la part de la justice en matière de dénonciation de cas de corruption. Cette célérité nous permet de comprendre que notre justice est indépendante et qu’elle peut toutefois s’autosaisir des dossiers portant violation des droits de l’homme portés à la connaissance du public par les réseaux sociaux en menant ses investigations. Cela ne se faisait pas auparavant. C’est pourquoi nous encourageons les juges à continuer d’accomplir leur devoir de protection des droits des citoyens. C’est un gage d’efficacité que nous saluons à sa juste mesure ».

Lire aussi : Foot-Transfert : une nouvelle destination pour Saturnin Allagbé

Profitant de l’occasion, il demande dans ce sens à ce que la justice mène ses enquêtes approfondies aux fins de connaître tous les cas d’abus exercés sur les membres de cette confrérie antérieurement afin de prononcer la dissolution de cette confrérie si cela est nécessaire à la lumière des agissements antérieurs des responsables de LA Fraternité Ogboni. Démocratie ne doit signifier l’anarchie, a-t-il complété.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook