Bénin

Affaire lettre à la CEB : « J'ai envie de me suicider si je dois ... », avoue la femme de Ghislain

L’investigateur 16/12/2020 à 10:22

Ghislain Lokonon, dans une lettre ouverte à la conférence épiscopale du Bénin, a soulevé le comportement de son épouse et l’agression du curé de sa paroisse. Son épouse, Edwige, a donné sa version des faits.

Dans sa lettre ouverte, Ghislain a affirmé que son épouse a quitté la maison pour une prière alors que deux de leurs enfants étaient alités. Ce que la femme a confirmé. Mais elle avoue avoir pris les comprimés qu’elle avait emportés à l’église parce que son mari aurait eu l’habitude de la maltraiter. Elle dit avoir passé la nuit dans son atelier la veille. Donc depuis 6 heures, elle a rejoint l’église pour une prière qui a pour but, la restauration des foyers en difficulté. La prière avait pris fin un peu au-delà de minuit. C’est lorsqu’elle était encore en train d’invoquer Dieu pour la paix dans son foyer que son époux aurait envoyé une bergère pour réclamer les ordonnances. Ne voulant pas sortir, certainement concentrée sur son objectif, elle lui a envoyé les médicaments par l’entremise de la bergère.

Lire aussi : Talon  : le président rebaptise le siège inachevé de l’Assemblée nationale

La dame fait savoir que c’est alors que son mari fit irruption dans la chapelle et l’invita à rejoindre ses enfants malades. Leur altercation a attiré l’attention du curé qui a tout fait pour émousser l’ardeur de Ghislain en vain. Exaspéré, le curé a vraiment brandi une lanière sans jamais fouetter le mari de la dame. Entre-temps, Edwige révèle que c’est son époux même qui l’a mise en contact avec le curé depuis que les problèmes ont pris corps dans le foyer. Mère de sept enfants, elle déclare n’avoir jamais eu de relations extra-religieuses avec le curé en question.

Envie de divorcer...

Edwige n’en peut plus. En dépit des sept enfants qu’ils ont eus ensemble, elle souhaite une séparation de corps. « Le weekend prochain nous allons nous asseoir, les deux familles, pour voir s’il y a possibilité de nous séparer bien que je demeure son épouse. J’ai envie de me suicider si je dois continuer à rester sous son toit », a insisté la dame.

Lire aussi : Conséquences du Covid-19 : 547 élèves enceintées au cours de l’année dans le Borgou

A l’en croire, tout a commencé depuis que son époux a pris une seconde épouse qui serait dans la ville de Bohicon. Il convient de rappeler selon les propos de dame Edwige, c’est son mari lui-même qui l’a mise en contact avec le curé pour essayer de lui inculquer des notions de foyer depuis près de trois ans déjà. En tout cas, l’affaire est déjà aux mains des hauts responsables de l’église catholique romaine. Ils sauront départager les deux camps et ramener la paix dans ce foyer en détresse.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook