Actualité

Bénin : Ahossi critique la nomination des expatriés dans l’administration, les détails

L’investigateur 29/10/2021 à 08:54

Dans une rubrique dénommée « mon Opinion », l’ancien député Basile Ahossi, vice-président du parti, Les Démocrates, n’a pas aimé la nomination des expatriés au sein de l’administration béninoise. De façon succincte, il a brossé le sujet et exprimé son étonnement à travers une chronique que voici.


Mon opinion
28 octobre 2021

Comlan Léon Basile AHOSSI

A la veille des"indépendances" les pays africains ont rivalisé d’effort pour former les cadres qui devraient prendre la relève du colonisateur.
Le Dahomey a excellé dans cet exercice et la plupart des pays africains ont eu à se tourner vers notre pays pour solliciter son appui afin d’affronter les nouveaux défis. C’est ainsi que des pays comme le Niger, le Mali, la Côte d’Ivoire... ont accueilli des contingents de cadres dahoméens sur leurs sols, notamment des enseignants.
C’est vrai que dès que ces pays ont commencé à trouver leurs marques, ils ont procédé à des renvois massifs et successifs de nos compatriotes, un drame que nous avions vécu dans les années soixante.

| Lire aussi : Mali : Issa Kaou N’Djim, vice-président du parlement de transition en prison

| Lire aussi : Fespaco 2021 : la consécration d’une étudiante à l’ISMA révèle le Bénin à Ouagadougou

Aujourd’hui, au 21 ème siècle, c’est ce pays, devenu "désert de compétence" qui importe de partout des fonctionnaires dont leur pays n’ont pas besoin pour se substituer à nos cadres. Ainsi, après les européens (qui montrent déjà leurs limites avec les ruptures de contrat au port et à la sbee) en ce qui concerne particulièrement les sociétés d’Etat, c’est au tour de l’administration publique d’accueillir des retraités africains.

N’oublions jamais qu’aucun pays, africain ou non, ne laisse partir les cadres dont il a vraiment et encore besoin.

Pour combien de temps encore sommes nous dans le refus de croire en nos valeurs et capacité ? Les étrangers, malgré les traitements spéciaux qui leur sont faits, ne sont pas au service de leurs pays et ne se préoccuperont jamais de construire sans relâche pour la postérité, car leur postérité est bien sans équivoque ailleurs.

Gouvernons pour aujourd’hui, pour la postérité et pour l’histoire.

Comlan Léon Basile AHOSSI




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer