Bénin

Bénin : des observations, 48 heures après la marche du mouvement des femmes engagées pour la paix

L’investigateur 2/11/2020 à 14:33

Dans un élan de solidarité, des femmes réunies sous le creuset Mouvement des femmes béninoises engagées pour la paix ont battu le macadam ce samedi 31 octobre 2020. Un geste à travers lequel elles ont au départ, voulu toucher le cœur des politiques. Mais….

En effet, rien que pour le nom donné au creuset, « Mouvement des femmes béninoises engagées pour la paix », on pouvait leur donné le bon Dieu sans confession. D’autant plus que l’idéal poursuivi est la paix. Une denrée rare aussi recherchée telle une aiguille dans une botte de foin à travers le monde entier où l’insécurité prend du volume sous le prisme du terrorisme.

Lire aussi : Bénin : Bénin, la mairie de Cotonou rend hommage aux morts à la Toussaint

Mais face à des politiciens capables de mettre le feu à poudrière, ces femmes ont dû lâcher la proie pour l’ombre. La preuve les messages véhiculés sur les pancartes et banderoles brandies au cours de la marche laissent croire qu’elles ont choisi de prendre fait et cause pour l’un des deux enfants en bisbilles. Une attitude étonnante et venant de la part des êtres qui donnent vie et qui savent que dans le contexte actuel, il leur fallait la sagesse du Roi Salomon si tant est qu’elles n’étaient ni pour la mouvance ni pour l’opposition.

Ménager la chèvre et le chou

Au regard des menaces distillées ça et là par une certaine classe politique dans la perspective de 2021, la promotion de la paix est nécessaire.
Qu’à cela ne tienne ! Mais, une question : à Parakou, Kétou, Djougou, Cotonou, les femmes qui ont marché étaient si organisées entre elles-mêmes pour en arriver de façon simultanée à coordonner leur mouvement d’ensemble ?
A tout point de vue et sans parti pris, cette interrogation est pertinente dans la mesure où le message transmis à l’issue de la marche à un seul camp laisse penser que l’objectif poursuivi au départ (la paix), a été dévoyé.

Lire aussi : Drame  : le corps d’une fillette de 03 ans repêché dans un puits à Dogbo Houédjamè

Car, au final, seulement des messages à la mouvance ; ce qui fait dire que seul le camp présidentiel est l’auteur de tous les péchés d’Israël. Alors que l’objectif du départ était d’amener les politiciens à revoir leur position aux fins de préserver la paix en 2021 ; ce qui sous-entendait que des messages devraient aller aux deux camps. L’opposition est-elle, on le suppose, déjà absoute des causes en amont qui pourraient servir de terreau au phénomène waxala qui plane sur le Bénin ?
Tel le personnage de La Fontaine, « elle a chanté tout l’été… », oubliant que nous sommes en politique, qu’il y avait des préalables à ne pas négliger.
Dans l’absolu, les messages des leaders de l’opposition non encore légalisée qui se sont entichés de l’initiative de la marche, prouvaient avant sa tenue que la neutralité prônée par la présidente Marie Reine Chabi Yankpè aurait du plomb dans l’aile.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook