Bénin

Bénin : la Conférence épiscopale remet en cause les arrestations et emprisonnements des opposants

L’investigateur 25/08/2021 à 08:05

Bientôt, les victimes des violences enregistrées lors des violences électorales de 2019 et de 2021 seront secourues par l’église catholique à travers l’aumônerie nationale des cadres et personnalités politiques.

Il s’agit d’un projet dénommé "Œuvre de charité, de dialogue et de réconciliation postélectorale" initié par le clergé béninois pour aider un tant soi peu financièrement, les victimes engendrées par les violences électorales de 2019 et 2021. L’église catholique par le truchement de l’aumônerie nationale des cadres et personnalités politiques, épaulée par les évêques a mis sur pied, un projet dont une levée de fonds est entrain d’être mise en place pour aider ses victimes. Selon les propos de l’Archevêque de Cotonou Roger Houngbédji, relayés par le journal catholique la Croix, ce projet est un ensemble d’actions menées auprès des différents groupes de personnes affectées par les violences électorales pour réduire la fracture sociale et poser les jalons de la réconciliation et de la paix. A l’en croire, le projet a été élaboré et mis en œuvre par l’aumônerie nationale des cadres et personnalités politiques.

| Lire aussi : Rosine Soglo : une ancienne ministre mandatée pour organiser ses funérailles

Il faut noter que cette aumônerie est une institution de la Conférence Épiscopale du Bénin (CEB) qui soutient les cadres et acteurs politiques catholiques afin qu’ils restent au service de la société. Ceci en œuvrant pour la paix et le développement intégral et exerçant sa mission au plus haut niveau par un Évêque délégué et un Aumônier national qui (...) agissent de façon stable au nom de la CEB, a rapporté Matin Libre.

| Lire aussi : Vaccination contre le coronavirus : le message de Talon à son peuple


Inquiétudes et remise en cause des arrestations de la CEB

La CEB a plus d’une fois exprimé sa préoccupation pour la situation de crise politique de notre pays. Il est encore légitime de se poser des questions : les arrestations et les emprisonnements seraient-ils les vrais besoins des populations après les élections présidentielles ? N’est-il pas plus urgent d’agir pour fournir aux populations le minimum vital, la sécurité et la paix ? La nécessité d’œuvrer pour le développement intégral dans une nation pacifiée, mérite une attention particulière et exige de nous des actions concrètes et efficaces pour la justice, la réconciliation et la paix. C’est la raison pour laquelle, en plus de ce projet, d’autres initiatives sont en cours pour une solution pacifique durable à la crise actuelle », a évoqué l’Archevêque, tout en implorant les initiateurs de ne pas arrêter ce mouvement.

| Lire aussi : Bavure policière à Sèmèrè : 02 policiers arrêtés pour avoir tué 02 personnes

En somme une interrogation qui laisse entrevoir des doutes des la Conférence épiscopale sur les arrestations liées aux élections.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook