Actualité

Bénin : le Directeur de la communication de la présidence réagit aux critiques contre la vague d’arrestations

L’investigateur 22/04/2021 à 15:20

Certes il y a de nombreuses voix citriques contre les arrestations en cours actuellement au Bénin. Mais ce matin sur Rfi, le Directeur de la communication de la présidence, Wilfried Léandre Houngbédji a balayé du revers de main, les avis de ceux qui pensent qu’il y a une main invisible derrière ce qu’ils appellent la traque des opposants.

Les anciens ministres Jean Alexandre Hountondji, Réckya Madougou, Ali Houdou, et autres visés par une procédure judiciaire et placés sous mandat de dépôt, sont pour certains, traqués parce qu’ils auraient une pensée contraire à l’opinion de la mouvance.

En effet, ce n’est plus un secret de polichinelle. Les arrestations d’avant et d’après l’élection du dimanche 11 avril dernier sont sans doute au cœur des préoccupations. Et, à la faveur de son intervention sur RFI ce matin, le directeur de la communication de la présidence, Wilfried Léandre Houngbédji a laissé croire qu’il ne s’agit guère d’une chasse aux opposants. Faisant le lien entre ce qu’il se passe actuellement au Bénin et dans les grandes démocraties au monde, il a évoqué le cas des Etats-Unis pour rappeler qu’il y a actuellement au pays de l’Oncle Sam, plus de 200 arrestations des suites de l’attaque du Capitole pendant que les élections sont terminées ; et que par ailleurs en France, il y a eu aussi des interpellations après les manifestations des Gilets Jaunes.
S’agissant du cas de la France, l’ancien journaliste dira qu’il y a eu même des condamnations. Et, pour conclure, il ajoute que si pour les cas évoqués, personne ne s’en est offusqué, cela veut tout simplement dire qu’il s’agit du fonctionnement de la démocratie.
Son intervention de ce matin fait suite à celle de l’avocat Robert Dossou lundi dernier. Pour l’ancien président de la Cour constitutionnelle, les arrestations au Bénin riment à un règlement de comptes. Pour l’avocat de Réckya Madougou et de Joël Aïvo, tous deux détenus provisoirement, "c’est pour la première fois au Bénin qu’il y a des arrestations avant et après la tenue d’une élection".



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook