Education/Emploi

Bénin : le député Mitokpè dénonce les formations caduques offertes aux apprenants

L’investigateur 24/09/2020 à 12:45

Interpellé sur la toile par un jeune bachelier qui demande qu’on l’oriente pour ses études, l’ancien député Guy Mitokpè a régi convenablement.

L’interpellation du député par ce jeune bachelier a été pour le N°2 du parti Restaurer l’Espoir, l’occasion de dénoncer la formation, déjà désuète donnée aux apprenants, mais qui malheureusement est en déphasage avec la réalité. « De plus en plus nos entités d’enseignements supérieurs offrent des formations caduques à nos jeunes. Ces offres de formations ne répondent plus aux besoins du marché de l’emploi », regrette le député.

Lire aussi : Cotonou  : liste des 11 agents balayés par le maire intérimaire, Randyx Ahouandjinou

« Hier alors que je défilais ma chaîne de messagerie, je suis tombé sur cette interpellation d’un jeune compatriote en ces mots : "Bonsoir mon Honorable. Svp aidez-moi, je suis un nouveau bachelier mais je ne sais pas quelle formation ou école faire, afin de bien gagner ma vie. J’ai peur d’entrer en chômage... », a-t-il écrit
Au-delà de la personne du député, l’interpellation fait froid dans le dos. Car, beaucoup d’apprenants sont aujourd’hui, victimes d’une mauvaise orientation dans leurs études.

« Il faudrait que les jeunes bacheliers s’informent véritablement des offres de formations qui cadrent avec les besoins du marché de l’emploi, qu’ils sachent que beaucoup d’emplois se meurent compte tenue de l’évolution de la technologie »

Lire aussi : Permis de conduire : Agbéva dénonce les supposés faits de corruption et invite à saisir la Criet

Pour finir le député Guy Mitokpè conseille « d’éviter le mimétisme et de s’orienter dans les formations qui cadrent avec la passion de chaque jeune.
Aux gouvernants, il leur demande d’adapter les offres de formations aux besoins du marché de l’emploi ; d’investir dans l’intelligence artificielle ; de créer et gérer convenablement les formations entrant dans le cadre des métiers du futur.
Ce qu’il appelle une contribution pour résorber le problème de du chômage et du sous-emploi.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook