Education

Bénin, les examens nationaux de licence et Master 2020 auront lieu, mais ...

L’investigateur 27/08/2020 à 13:34

L’année 2020, très particulière à cause de la crise de Covid-19 a été aussi secouée au plan scolaire au Bénin. La preuve, des examens nationaux, la Licence et Masters en l’occurrence, ne sont pas pour le moment tenus. Mais de sources proches du ministère de l’enseignement supérieur, ces examens auront bien lieu.

En dépit du doute qui plane sur l’organisation des examens nationaux cette année, leur tenue demeure une certitude.

Lire aussi : Bénin : la liste des membres du Bureau Directeur de l’association "La Dynamique Continue" (LDC)

Il est vrai que les activités académiques sont presque à leur terme dans les Etablissements privés d’enseignement supérieur (Epes), mais la tenue des examens nationaux, de Licence et Master sera effective. C’est lors d’une intervention télévisée que le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladékan a laissé entendre qu’il faudra la poursuite de cette réforme, liée à l’organisation des examens nationaux de la Licence et Master pour un nouveau cycle de 3 ans. « Avec ce nouveau cycle de trois ans, les textes seront déjà établis et chacun saura ce qu’il a à faire », a déclaré la ministre.
Cela passe aussi, a-t-elle dit, par l’évaluation des trois premières années de mise en œuvre de la réforme et des acteurs concernés. Mais en attendant, selon une source du journal Matin Libre, le Conseil national de l’Education (Cne) doit donner son accord avant la tenue de ces examens et il faut aussi qu’un nouveau décret soit pris dans un délai raisonnable pour faciliter son organisation.

Lire aussi : Pobè  : mort par pendaison du secrétaire général adjoint de la mairie

Car, c’était par décret 2017-194 du 20 mars 2017, que la réforme liée à l’organisation des examens nationaux pour la validation des acquis en Licence et Master, notamment dans les établissements privés d’enseignement supérieur a été signée. Donc il faut un nouveau décret. Au départ, 58 filières ont été retenues en Licence et 43 pour le Master. Les Epes tout aussi sceptiques au début, ont fini par prendre le train en marche. Alors, de 48, le nombre d’universités privées est passé à 83 pour la Licence et 33 pour le Master.
Le gouvernement quant à lui tient à la réforme qui certifie du niveau des étudiants. Lors de la période d’essai, selon le ministre Yayi Ladékan, 168 établissements privés d’enseignement supérieur sont identifiés pour seulement une cinquantaine en règle.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook