Bénin

Bénin : recours contre la police dans l’affaire Eloi Dogo, l’étudiant brûlé à Parakou

L’investigateur 3/01/2022 à 11:55

Du nouveau dans « l’affaire Eloi Dogo », l’étudiant victime de la vindicte populaire dans le septentrion, dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 octobre 2021. La preuve, trois citoyens béninois ont traduit plusieurs commissariats de la ville de Parakou devant la Cour constitutionnelle pour leur silence dans cette nébuleuse.

Landry Angelo Adélakoun, Romaric Zinsou et Miguèle Houeto puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont adressé un recours devant la Cour constitutionnelle pour l’inaction des commissariats de la ville de Parakou, dans l’affaire meurtrière qui a conduit l’étudiant Eloi Dogo dans l’au-delà. Dans leur réquisition, les trois citoyens béninois ont affirmé que des images et vidéos qui ont été relayées après le drame, montrent la présence des « policiers à côté du jeune Eloi Dogo impuissant et attendant être victime de la justice à feu, de l’allumette ». Pour eux, la police aurait failli à sa mission de « gardien du maintien de l’ordre et de sécurité des personnes et des biens ». Ceci en violation de l’article 8 de la constitution du 11 décembre 1990 qui consacre « la sacralité et l’inviolabilité de la personne humaine. » Aussi, ils ajoutent que l’article 35 de la même constitution « dispose en d’autres termes que tout agent de l’Etat qui doit agir avec probité dans le respect du bien public et de l’intérêt général et qu’en agissant tel qu’ils l’ont fait, les autorités policières de la ville ont choisi transgresser cette disposition ». Ces trois citoyens béninois ont également évoqué les articles 4 et 5 de la charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples qui affirment que « la personne humaine est inviolable ». Par ailleurs, ils demandent à la juridiction constitutionnelle béninoise, de « dire et juger que les autorités policières de la ville de Parakou ont violé la constitution et la charte africaine des droits de l’homme et des peuples », rapporte Banouto.

| Lire aussi : Mali : sanction contre le gouvernement et deux autres pays de la part des États-Unis

Pour rappel, Eloi Dogo étudiant à l’université de Parakou a été victime de la vindicte populaire au quartier Gbira, dans le 3ème arrondissement de Parakou. L’enquête ouverte à cet effet, a permis l’arrestation de six personnes qui séjournent pour l’heure à la prison civile de Parakou.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer