Actualité

Bénin : un homosexuel revendique les droits au nom des 18000 que compte le pays, les détails

Bénédicte BANKOLE 18/05/2021 à 18:26

Aujourd’hui, le monde entier célèbre la journée mondiale de lutte contre l’homophobie. Occasion de commémorer la décision de l’OMS, prise le 17 mai 1990 et qui consiste à ne plus considérer l’homosexualité comme une maladie mentale. Profitant de cette opportuniité, un membre de l’association des homosexuels du Bénin LGBTQIA+ (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes et asexuelles...) s’est prononcé sur Frissons Radio.

Selon l’intervenant, la communauté des LGBTQIA+ (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes et asexuelles…) du Bénin compte plus de 18.000 membres repartis dans 18 associations sur toute l’étendue du territoire national. Mais les membres vivent pour la plupart dans la clandestinité, renfermés sur eux-mêmes. Et pour cause, cette communauté n’est pas acceptée dans la société. ‘’Dès lors que la société découvre ton orientation, tu es banni de cette société, tu es rejeté. Que ça soit par ta famille, ton entourage et dans l’entreprise ou tu travailles’’, a déclaré l’un des membres.

Lire aussi : Handball : la nouvelle saison officiellement lancée au Bénin

Pour cette communauté, les membres doivent être aussi considérés comme des personnes normales, car ils ont des compétences à faire valoir dans la société. ‘’…Or nous avons des compétences des diplômes que sans la découverte de ton orientation permet de faire évoluer la sociéte. Nous avons des diplômes nous avons des talents que nous mettons a la disposition de la société’’, a déclaré le membre adhérent. Il estime que tôt ou tard, la société devra les accepter car cette communauté existe vraiment. ‘’On ne peut pas enfermer éternellement la lumière du jour. Nous sommes des êtres humains, nous existons.’’, a dit l’intervenant pour conclure.

Lire aussi : Présidence du Conseil électoral : une surprise, c’est bien possible et voici les raisons

Rappelons qu’il y a quelques jours, trois transgenres ont été agressés dans un bar à Cotonou, puis mis à poils. Une plainte a été déposée contre les auteurs de cet acte.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook