Afrique

Côte d’Ivoire : des Ivoiriens fuient leur pays, les instructions du Ghana pour limiter l’exode massif

L’investigateur 30/10/2020 à 12:34

Les menaçants discours des acteurs de la crise ivoirienne remettent au goût du jour, les problèmes de la crise de 2010. Déjà, des ivoiriens fuient la capitale Abidjan pour se réfugier au Ghana.

«  Monsieur, je voudrais vous le dire, je suis à Accra, au Ghana, depuis ce jeudi 29 octobre 2020. ». La jeune dame qui m’informe ainsi, est une internaute active sur les réseaux sociaux. « Je ne supportais plus le stress, les discours vindicatifs et les violences. ».

En effet, pour se mettre à l’abri, passage sur l’eau, à partir d’Assinie, cette internaute rapportée par Yeclo a embarqué sa petite famille, cinq personnes au total. « Beaucoup d’autres ivoiriens, qui fuient le pays, n’ont pas eu la même chance que ma famille et moi. Ils ont été contraints de rebrousser chemin par les forces de sécurité ghanéennes. », a-r-elle déclaré.

A l’en croire, les barrages sur la voie jusqu’à Takoradi se sont multipliés à l’intérieur du Ghana, a-t-elle dit. Informant au passage que les autorités du Ghana ont donné des instructions pour limiter l’exode massif des Ivoiriens. En côte d’Ivoire, ils sont nombreux à quitter la ville pour regagner leur village respectif.

Lire aussi : UP  : la directrice administrative a joué sa partition au colloque de l’Institut Néerlandais pour la Démocratie Multipartite

Traumatisé par les événements de 2010 qui rejaillissent dans sa tête, un jeune cadre qui a quitté la capitale Abidjan pour Bouké raconte au site ivoirien ses premières impressions, dans la capitale du Gbêkè :
« Les gens ici ne se sentent pas concernés par les tumultes d’Abidjan. La vie est normale. »

« Le constat, c’est que la population de Bouaké regarde de loin, sans se mêler. Ça se passe dans l’indifférence générale ou presque. Mais la situation est paisible et bon enfant. ».

En, vérité, il ne s’agit que d’un vote qui avant tout, est une fête. Mais les leaders politiques ont pourri la situation qui est presque au bord de l’implosion.
Le cortège du ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence, Patrick Achi, de retour d’un meeting a essuyé des tirs des assaillants non identifiés au niveau du village d’Agbaou, sur l’axe Akoupé-Adzopé. Il est sain et sauf et a poursuivi ses meetings, la nuit, dans les villages.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook