Bénin

Cour suprême : bilan des recours, preuve que UP et Br ont livré le match en dehors des urnes

Bénédicte BANKOLE 21/10/2020 à 19:16

Depuis ce lundi 19 octobre 2020, la Cour suprême tient un atelier pour faire le bilan des différents recours portés devant elle au lendemain des communales du 17 mai 2020. Au total, 263 recours sont reçus et vidés tous par le président Ousmane Batoko et son bureau.

263 recours ont été reçus et vidés tous à l’issue des communales et municipales du dimanche 17 mai 2020. Cette information tient lieu de la suite de l’atelier-bilan qui a eu lieu du lundi à mardi au siège de la Cour suprême à Porto-Novo. Un atelier de deux jours pour faire le point de la gestion du contentieux électoral. Pendant ces deux jours, les participants composés de juges, avocats généraux, greffiers et autres auront à faire l’évaluation critique de cette activité au cours de laquelle, ils ont eu à examiner 263 recours électoraux portés devant la haute juridiction.

Lire aussi : Cyclisme  : ce que pensent la fédération et le staff technique après le confinement

Les travaux ont été élargis à des externes impliqués dans le processus électoral, notamment l’Assemblée nationale, la Commission électorale nationale autonome (CENA), l’Agence nationale de traitement (ANT), le ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique ainsi que celui en charge de la décentralisation.
Plusieurs communications ont été prévus portant sur des thèmes tels que : « Gestion du contentieux électoral de 2020 : grands enseignements aux plans organisationnel, matériel et technique ; « Démocratie de proximité et répartition des sièges : cas des élections communales et municipales de 2020 » ; « Le choix des maires, de leurs adjoints et des chefs d’arrondissement : évolution législative et jurisprudentielle de la cour » ; « Contribution du greffe à la gestion du contentieux des élections communales et municipales de 2020 » ; « L’inéligibilité à l’aune du contentieux des élections communales et municipales de 2020 » et « Pouvoirs du juge électoral et gestion du contentieux des élections communales et municipales de 2020 ».

Lire aussi : Boni Yayi  : un citoyen adresse une lettre ouverte à l’ancien président de la République

C’était l’occasion pour le président de la Cour suprême Ousmane Batoko d’inviter les participants à faire preuve d’objectivité et d’ouverture d’esprit. Car, c’est à ce seul prix que les difficultés rencontrées dans le cadre de la gestion des élections communales de mai dernier trouveront les solutions les plus adaptées aux exigences de la science et des pratiques électorales. Le président a aussi dit compter sur les représentants de l’Assemblée nationale relativement aux questions qui pourraient conduire à une éventuelle réforme du code électoral, rapporte la Nation.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook