Monde/pandémie

Covid-19 : une fosse commune pour enterrer les morts, faute de places aux Etats-Unis

L’investigateur 12/04/2020 à 19:03

En termes de morts dus au Covid-19, les Etats-Unis sont en passe de battre tous les records. Records liés aux décès et à la contamination. A New York désormais, une fausse commune a été identifiée pour désengorger les morgues.

Selon le New York Post, des images filmées montrent plusieurs dizaines de cercueils qui sont enterrés sur Hart Island, servant de fosse commune depuis 1869.
A cause de la pandémie du Coronavirus, la mortalité à New York a flambé et faute de places pour stocker les dépouilles des victimes, la ville a recouru à l’une des mesures prévues dans son plan en cas de pandémies, creusant une fosse commune sur Hart Island. « Depuis 150 ans, l’île sert de sépulture aux pauvres, prisonniers ou personnes dont les corps ne sont pas réclamés. C’est là aussi qu’ont été enterrées les victimes de la grippe espagnole et du Sida », rapporte RFI.
Des images qui choquent absolument. Car on y aperçoit une longue tranchée creusée, dans laquelle des hommes en combinaisons blanches entassent des cercueils de pin gravés d’un nom, sur deux rangées et trois étages, puis les recouvrir de terre à nouveau, renseigne le média français.
L’île a cette célébrité d’abriter le cimetière des indigents de la mégalopole depuis 150 ans. Elle est aussi prévue pour recevoir les victimes de pandémie de grippe, dans le plan d’urgence de la ville, créé il y a dix ans.
Il est vrai qu’on n’y accède qu’en bateau. Mais la ville a embauché des ouvriers qui ont creusé la tranchée avec des pelleteuses dans le cadre de la pandémie qui fait plusieurs dizaines de morts par jour : le Covid-19.
D’habitude, 25 corps sont enterrés par semaine, par des prisonniers de la prison Rikers voisine. Essentiellement des corps qui n’ont pas été réclamés par leurs proches ou des prisonniers.
Mais ces temps-ci, c’est 25 corps qui y sont enterrés par jour, toute la semaine sans aucune précision. Mais une certitude : ils ont été envoyés là pour désengorger les morgues de la ville, qui reçoivent deux fois plus de dépouilles qu’en temps normal. Les familles qui le désirent devraient pouvoir réclamer les cercueils de leurs proches sous 15 jours pour organiser des enterrements privés, selon RFI.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook