Bénin

Des précisions du ministre Orounla sur la date de retrait du Bénin du protocole d’accord de la CADHP

Bénédicte BANKOLE 26/04/2020 à 14:41

Les langues se délient et les organisations des droits de l’homme sont vent debout pour fustiger le retrait du Bénin du protocole d’accord de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP). Intervenant sur une radio de la place la semaine dernière, le ministre de la communication, de la poste et porte-parole du gouvernement, Alain Orounla a apporté des précisions.

Il n’est plus un secret pour personne. Le retrait du Bénin du protocole d’accords de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) est considéré comme un recul de sa démocratie. D’ailleurs certains le lient à « l’affaire Ajavon ». Pour Amnesty international à travers son représentant, Fidèle Kikan en l’occurrence, le Bénin en se retirant du protocole d’accord de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a porté une estocade à sa démocratie. Pour d’autres, il s’agit d’une décision qui a rapport avec l’ordonnance du vendredi 17 avril 2020, rendue par les juges de la cour basée en Tanzanie, demandant à l’Etat béninois de suspendre les communales en cours jusqu’à nouvel ordre. Mais pour le ministre de la communication, de la poste et porte-parole du gouvernement, Alain Orounla, le retrait du Bénin est acté bien avant la décision rendue en faveur de Sébastien Ajavaon. « Notre déclaration de retrait date du 24 mars 2020. C’est-à-dire, antérieurement à la décision (ndlr Ajavon du vendredi 17 avril 2020) à laquelle vous faites référence », ainsi a-t-il répondu la semaine écoulée aux confrères de Frisson Radio. « Nous sommes toujours membres de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et nous poursuivons nos efforts pour la protection des Droits de l’Homme en Afrique et au Bénin »
Rappelons qu’à travers ce retrait, annoncé dans le journal de 20 heures de la télévision nationale le jeudi 23 avril dernier, aucun citoyen béninois ne peut plus saisir directement cette cour des droits de l’homme et des peuples.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook