Divers : prison pour 02 policiers pour avoir filmé et partagé les images d'une partie de s3xe avec une étudiante

L’investigateur 3/12/2022 à 12:57

En Belgique, deux anciens inspecteurs de police ont été condamnés à 12 mois de prison dont 06 mois fermes pour voyeurisme. Il leur est reproché d’avoir couché avec une étudiante et filmé la scène pour le montrer à d’autres policiers. Les faits se sont déroulés en janvier 2019.

En effet, l’étudiante avait une relation avec l’un des inspecteurs. Elle l’a rencontré au cours de son job étudiant au commissariat de police et s’est rendue dans une chambre d’hôtel avec lui. Ce dernier l’aurait convaincue pour un plan à trois avec son collègue. La jeune fille a donné son accord mais a expliqué qu’elle n’avait jamais accepté d’être filmée. Cependant, les deux hommes ont enregistré la scène pour envoyer la vidéo à leurs collègues. L’affaire a perturbé la jeune fille qui a effectué son retour au sein de la zone Zennevallei, en 2021, pour un stage de formation. « Sa carrière a pâti de ces faits. Elle a dû partir dans une autre zone de police alors qu’elle était fière de pouvoir travailler en tant que policière dans sa région, à Hal », a déclaré son avocat.

| Lire aussi : Cotonou : 28 personnes interpellées après le démantèlement de plusieurs ghettos

Les deux hommes ont confié au tribunal qu’ils ont supposé que l’étudiante ne s’opposerait pas à ce que cela soit filmé. Les avocats des deux inspecteurs ont demandé leur acquittement. Selon eux, il n’y aucune preuve que ce soit leurs clients qui ont diffusé la vidéo. Le tribunal a rejeté cette demande et a précisé que les preuves étaient bien présentes. Les deux hommes ont été condamnés 12 mois de prison dont six mois fermes.

| Lire aussi : Bénin : après le réseau de fabrication du faux gasoil démantelé, des fabricants de boissons frelatées arretés

La zone de police Zennevallei où les deux hommes travaillaient a demandé un dédommagement de 40.000 euros pour avoir porté préjudice à sa réputation. Elle veut aussi couvrir les frais de procédure disciplinaire et le remplacement des inspecteurs avec le montant réclamé. De son côté, la victime a demandé un dédommagement moral de 2.500 euros. Dans son verdict, le tribunal a accordé un dédommagement de 2.750 euros à la jeune fille et 1.000 euros à la zone de police.



Divers


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook