Football

Fécafoot : un recours au Tas pour exiger l’annulation du mandat de Samuel Eto’o après sa condamnation

L’investigateur 23/06/2022 à 18:55

Décidément, l’actuel président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto’o n’est pas au bout de ses peines. Et pour cause !

En effet, après sa condamnation par la justice espagnole pour fraude fiscale le lundi 20 juin 2022, le Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) et certains de ses détracteurs ont adressé un recours devant le Tribunal arbitral de sport (Tas) pour demander l’annulation de son mandat à la tête de la Fécafoot.

Le CNOSC en symbiose avec quelques membres de l’assemblée générale de 2009 tel que Henri Claude Balla Ongolo ont introduit ce 21 juin auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) une requête demandant l’annulation du mandat de Samuel Eto’o à la tête de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT)., rapporte CAMFOOT.

| Lire aussi : Chronique : témoignage de reconnaissance et suggestions au chef de l’Etat après le décès d’une icône de la diplomatie béninoise

« En vertu des Statuts de la FECAFOOT, il semble que Monsieur Samuel Eto’o Fils, signataire unique du mandat de représentation dans le contexte du présent litige, ainsi que de la Convention signée avec certains membres de l’Assemblée Générale de 2009 (la« Convention ») qui doit faire l’objet de la sentence d’accord-parties du
TAS, n’est plus éligible à la présidence de la FECAFOOT. » et ceci en s’appuyant sur l’article 36 des statuts de l’instance faîtière du football camerounais :« Nos mandants souhaitent attirer votre attention sur les derniers développements concernant la Présidence de la FECAFOOT. Par un jugement d’un tribunal espagnol rendu le 20 juin 2022, M.Samuel Eto’o Fils vient d’être condamné à 22 mois de prison pour fraude fiscale.

Conformément à l’’Article 36 des Statuts de la FECAFOOT : Tout candidat au poste de membre du Comité Exécutif de la FECAFOOT doit remplir les conditions d’éligibilité ci-dessous : N’avoir pas été condamné à une peine définitive privative de liberté sans sursis supérieure à trois(03)mois ; Par ailleurs, en application de l’article 47 des Statuts de la FECAFOOT : Le poste de président sera considéré comme vacant en cas de décès, de démission d’exclusion, ou si le dit président se retrouve en
Situation d’incompatibilité où d’inégibilité cours du mandat, ou encore si le Président ne participe pas sans justification à six (6) séances consécutives. »

Rappelons que l’ancien attaquant du FC Barcelone a été élu président de la Fécafoot décembre 2021 avec 43 voix contre 31 pour son seul adversaire, le président intérimaire sortant de l’instance, Seidou Mbombo Njoya. Les cinq autres candidats s’étaient désistés en faveur de l’un ou de l’autre au fil des semaines de la campagne.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer