Monde

France : retour en 10 dates sur le parcours du défunt président français, Valéry Giscard d'Estaing

L’investigateur 3/12/2020 à 09:09

Valéry Giscard d’Estaing s’est éteint mercredi 2 décembre à l’âge de 94 ans des suites du Covid-19. De 1956, année de son élection comme député, à 2004, date de fin de son dernier mandat, retour sur une vie politique longue de 50 ans.

Valéry Giscard d’Estaing : un parcours hors-normes en 10 dates

Après son retrait de la vie politique, Valery Giscard d’Estaing a continué à faire entendre sa voix sur le dossier européen et à siéger au Conseil constitutionnel.

Valéry Giscard d’Estaing, décédé mercredi 1er décembre à l’âge de 94 ans, a marqué l’histoire de la politique française au XXe siècle. De la Seconde Guerre mondiale à son engagement européen en passant par les IVe et Ve République, retour en dix dates sur ce parcours hors-normes.

2 février 1926

Lire aussi : Talon  : un nouveau pacte de confiance entre le chef de l’Etat, Me Falola et Ifangni vendredi prochain

Naissance à Coblence, en Rhénanie (Allemagne), une région alors occupée par les forces françaises et où son père travaille.

1944

A 18 ans, Valéry Giscard d’Estaing s’engage sous les ordres du général de Lattre de Tassigny et participera à la libération de Paris en août de la même année.

1956

Premier mandat d’élu, celui de député du Puy-de-Dome. Il a 30 ans.

Janvier 1959

Valéry Giscard d’Estaing obtient son premier portefeuille ministériel, celui de secrétaire d’Etat aux Finances auprès d’Antoine Pinay sous la présidence du général de Gaulle.

Janvier 1962

Le successeur d’Antoine Pinay, Wilfrid Baumgartner, est sur le départ. A 36 ans, Valéry Giscard d’Estaing le remplace au sein du gouvernement de Michel Debré.

1974

Lire aussi : Porto-Novo : les présumés ‘’enleveurs’’ d’un écolier à Djègan-Kpèvi en garde à vue

Après la mort du président Georges Pompidou en avril 1974, Valéry Giscard d’Estaing, encore ministre, se lance dans la campagne des élections présidentielles. Il se désolidarise de la droite gaulliste qui a choisi Jacques Chaban-Delmas pour la représenter. Avec le soutien capital de Jacques Chirac, il est élu président de la République face à François Mitterrand, à qui il rappelle, lors d’un débat devenu célèbre, qu’il "n’a pas le monopole du cœur". Il devient, à 38 ans, le plus jeune président de la Ve République (ce qu’il est toujours à ce jour, Emmanuel Macron ayant été élu à 39 ans. Il choisit Jacques Chirac comme Premier ministre.

1981

Après un mandat marqué par les chocs pétroliers, le départ fracassant de Jacques Chirac élu ensuite maire de Paris mais aussi par la dépénalisation de l’avortement, l’abaissement de la majorité ou la loi sur le divorce mutuel, Valéry Giscard d’Estaing veut rempiler pour un second mandat. Mais face à la division de son camp - Jacques Chirac est candidat contre lui - et face à une gauche rassemblée autour de François Mitterrand, il est défait au second tour par ce dernier. Et cette fois, c’est lui qui perd la bataille des petites phrases. Il tacle l’homme de gauche en le qualifiant "d’homme du passé", ce à quoi il se voit renvoyé dans les cordes en tant "qu’homme du passif".

Entre 1981 et 1989

Lire aussi : France  : l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing est décédé

En 1986, alors principal leader de l’opposition, il est élu président du Conseil régional d’Auvergne. Il est également réélu député. Pressenti pour être le candidat de l’opposition face à François Mitterrand en 1988, il renonce et soutient Raymond Barre, qui échouera dès le premier tour. En 1988, il succède à Jean Lecanuet à la tête de l’UDF. Il le sera jusqu’en 1996. En 1989, il est élu député européen, dont il fera l’un de ses principaux combats.

2003

Président de la Convention sur l’avenir de l’Europe, il élabore le projet de Constitution européenne, signé par les 25 pays membres de l’Union. Mais le projet est retoqué par les Français lors d’un référendum en 2005.

2004-2020

Son dernier mandat, celui de président du Conseil régional d’Auvergne, prend fin. Il n’était plus député depuis 2002. Il se retire définitivement de la vie politique et siège à partir de ce moment au Conseil constitutionnel comme membre de droit, en tant qu’ancien président de la République.
Réalisation : tendanceouest



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook