Bénin

Situation des aspirants : Amoussou fait une proposition à Talon pour une sortie de crise

L’investigateur 10/10/2020 à 11:07

Au sortir de la rencontre avec le chef de l’Etat, Patrice Talon ce jeudi 08 octobre 2020, Anselme Amoussou de la Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin (Csa- Bénin) a, au détour de ses impressions livrées à Frisson Radio, fait une proposition à l’employeur.

En ce début de rentrée académique, la question des 30 heures de cours que l’Etat veut imposer aux aspirants au métier d’enseignant est un sujet qui fait couler assez d’encre et de salive. Certes, la rencontre du jeudi 08 octobre 2020 que le chef de l’Etat, Patrice Talon a accordée aux responsables de six centrales syndicale semble-t-il, apporte une lueur d’espoir aux aspirants. Mais derrière cette rencontre, des voix continuent de s’élever dans les milieux syndicaux où des responsables appellent au renoncement du projet.

Lire aussi : Actualité : Bénin, le gouvernement lance un concours de recrutement de 31 sages-femmes

En effet, au terme de la rencontre, le gouvernement a promis réexaminer la situation. Et c’est dans le même sens qu’abonde Anselme Amoussou de la Csa-Bénin. « Le chef de l’État est d’accord pour laisser tomber les 30 heures », a-t-il affirmé. Poursuivant, li dira qu’il est souhaitable de revenir à la normale. Et, la normale selon Anselme Amoussou, « est toute charge horaire supportable pour un enseignant qui veut être efficace ».

De toute façon, à l’issue de la rencontre avec le chef de l’Etat, il se dégage l’impression selon laquelle les deux parties ont déposé les armes et souhaitent arpenter les couloirs d’une table de négociation pour redonner espoir aux aspirant.
La preuve, le chef de l’État leur garantit d’ores et déjà qu’aucun d’entre eux, ne sera laissé sur le carreau si tant est qu’il « est dans la base des données déployées l’année dernière »

Lire aussi : Conseil des ministres  : toutes les nominations prononcées ce mercredi 07 octobre

Profitant de l’occasion, les responsables des centrales syndicales ont évoqué d’autres problèmes récurrents qui touchent la vie des travailleurs. Patrice Talon a donné l’instruction à ses ministres, qui doivent prendre langue avec eux, pour démêler l’écheveau.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook