Côte d’Ivoire

Soro condamné à vie : réactions de Bédié, Blé Goudé, Affoussy Bamba, Me Méité

L’investigateur 24/06/2021 à 21:09

La condamnation à vie de Soro Guillaume, par le tribunal criminel d’Abidjan ce mercredi 23 juin 2021, a occasionné des réactions des personnalités ivoiriennes.

Voici les réactions de quelques acteurs politiques

Henri Konan Bédié (PDCI-RDA)

« J’apprends avec le pays tout entier la condamnation à perpétuité de l’ancien Premier ministre, ancien Président de l’Assemblée nationale, Monsieur SORO KIGBAFORY GUILLAUME. 18 autres prisonniers politiques pour la plupart proches de lui sont également condamnés à des lourdes peines.

En ma qualité d’ancien Président de la République totalement engagé pour le retour de l’unité dans la diversité entre toutes les filles et les fils de la Côte d’Ivoire meurtrie par plus de vingt années douloureuses de crises, j’appelle encore urgemment à un Dialogue national inclusif afin de trouver ensemble le chemin du pardon et de la réconciliation vraie.

La grande espérance du bonheur pour tous après tant de souffrance de nos populations doit vaincre nos querelles du passé et nos douleurs.

J’ai confiance dans la volonté du Chef de l’Etat à être le pilote de la Côte d’Ivoire réconciliée et rassemblée », a-t-il indiqué.

Affoussy Bamba

« D’abord, il faut savoir que dans notre code pénal, la prison à vie n’existe pas. On n’a jamais été inculpés… Le code pénal dit que pour qu’une personne soit poursuivie, il faut qu’il y’ait une base légale ». Or, rappelle-t-elle, dès le début de la procédure, ni elle, ni Guillaume Soro, ni plusieurs autres cadres condamnés dans ce procès n’ont été cités dans le réquisitoire introductif ».

Par ailleurs, Affoussiata Bamba indiquait à propos du mandat d’arrêt contre l’ex-président de l’Assemblée nationale : « Le mandat d’arrêt ne peut pas être exécuté. Ils n’ont jamais transmis le mandat ici en France ».

Pour qu’une telle procédure aboutisse, explique-t-elle, « il faut qu’elle passe par une exécutoire ». Ce qui implique qu’elle doit être » exécutoire sur les deux territoires. Pour cela, le juge doit donner son autorisation », bien sûr, en étudiant les contours juridiques du mandat. « C’est une décision politique, ils ne peuvent pas la transmettre. Jamais, ils ne l’ont fait. Ça ne sera appliqué nulle part », clarifie l’avocate, exilée en France depuis le 23 décembre 2019. Selon elle, « même une souris ne peut être poursuivie ».

Réaction de Blé Goudé

« Je retire pour notre génération, pour notre peuple beaucoup de leçons de vie. C’est une vraie leçon de vie ce à quoi nous assistons aujourd’hui, toute réalité politique est une denrée périssable », a dit M. Blé Goudé sur le plateau de TV5 Monde Afrique, rapporté par akody.com

Me Abdoulaye Ben Méité, avocat de l’Etat.

“Force reste à la loi, c’est la justice qui a triomphé. Les faits ne sont pas imaginaires, ce sont des faits réels qui ont été portés à la connaissance du tribunal et le tribunal a statué conformément à la loi”, a-t-il déclaré face à la presse, à l’issue de l’audience.

« Pour l’Etat de Côte d’Ivoire, c’est une satisfaction, c’est un procès qui s’est tenu, tout le monde a eu droit à la parole. Les pièces ont été discutées, les preuves discutées, les avocats de la défense ont plaidé, nous avons fait valoir également notre demande et le tribunal s’est prononcé. Force reste à la loi, c’est la justice qui a triomphé et les faits ne sont pas imaginaires, mais réels et qui ont été portés à la connaissance du tribunal. Et le tribunal a statué conformément à la loi », a-t-il laissé entendre.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook