Bénin

Talon : les opposants l’accusent d’avoir choisi ses propres challengers à la présidentielle

L’investigateur 14/06/2021 à 07:23

Le parti de l’opposition, Les Démocrates ne digère pas sa défaite ou sa non participation à la présidentielle du 11 avril 2021. C’est du moins, ce qu’il ressort de l’intervention de l’un de ses Vice-présidents, Eugène Azatassou qui a été reçu dans l’émission « Grand Angle » de Crystal News, ce dimanche 13 juin.

L’ancien coordonateur de la Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), Eugène Azatassou n’a pas fait la langue de bois hier. Lors de son passage dans l’émission « Grand Angle » de Crystal News, le porte-étendard du parti des opposants radicaux, a passé en revue, l’actualité nationale. Pour Eugène Azatassou, le régime en place « ne fait que choisir ses propres opposants ». Allusion faite sans doute à la récente élection présidentielle pour laquelle 17 candidats ont été recalés sur une vingtaine.
Candidats à la succession de Patrice Talon, Reckya Madougou de Les Démocrates, Joël Aïvo du Front pour la Restauration de la Démocratie (FRD), Galiou Soglo candidat indépendant, Nathanaël Koty du PER, Gabriel Ajavon de la FR etc, ont tous vu leur rêve brisé. Ils ont été recalés parce qu’ils n’ont pas pu réunir le nombre de parrainages requis pour continuer la course. Malgré cela, d’autres jugés moins importants, en termes d’assise politique, ont compéti.

Quid des autres candidats

Pendant que de potentiels candidats, ou ceux qui sont jugés capables de tenir tête au président sortant Patrice Talon, n’ont pas eu de parrains, d’autres en ont eu. C’est le cas des duos Alassane Djimba-Paul Hounkpè de la FCBE et Corentin Kowé-Irenée Agossa de RLC. Ces deux duos, selon les opposants radicaux, ont juste été la 5ème roue du carrosse. Ils sons accusés d’avoir accepté faire le jeu de la mouvance. Pour Azatassou, ils ont été « fabriqués » par le régime qui est contre la contradiction.
Dans son intervention, le Vice-président de Les Démocrates en profitera pour aborder les violences préélectorales. A en croire Eugène Azatassou, il y aurait eu plus de morts que ce que l’ex-ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Sacca Lafia (02morts), avait déclaré.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook