Bénin

A Houndété, Hounkpè et Cie : Ganiou Soglo recommande le boycott des prochaines législatives aux opposants

L’investigateur 9/08/2022 à 16:56

Vent debout, le fils de l’ancien président de la République, Ganiou Soglo est sorti de sa torpeur, le vendredi 05 Août 2022, au travers d’une interview pour opiner sur les législatives de janvier 2023. Pour l’ancien ministre, les conditions ne sont pas réunies pour que l’opposition se présente à ces élections.

Entre autres sujets abordés au cours de son interview à une presse étrangère, l’ancien président des Requins FC de l’Atlantique, Ganiou Soglo recommande à ses pairs de l’opposition de boycotter les prochaines élections législatives. « Les conditions ne sont pas réunies pour qu’il y ait élection au Bénin ». C’est d’emblée, une remarque de l’ancien ministre, compte tenu de la fièvre électorale qui s’empare du pays. Plus est, il estime que « ceux qui se réclament de l’opposition, ne peuvent aller à cette élection sinon ils seront comptables de ce qui adviendra ».

| Lire aussi : Talon : un député UP prend le contrepied de son collègue Ahouanvoébla et rassure qu’il partira en 2026

Or, à quelques mois de la tenue de ces élections, les partis de l’opposition notamment, la Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), Les Démocrates etc., sont sur le terrain en train de remobiliser leur base. Il est vrai, la Fcbe qui a déjà pris part aux communales de mai 2020 sous le régime actuel, se bat pour garder son électoral. Mais pour Les Démocrates, le terrain est resté vierge. A l’assaut d’un électorat virtuel, Eric Houndété et ses partisans misent beaucoup plus sur un vote sanction de la population pour reconquérir le parlement. Du côté des partis proches du pouvoir, l’heure est au débauchage et à la création de nouveaux partis. Le Conseil électoral qui remplace d’office la CENA est quant à lui, à pied d’œuvre pour être au top, selon le timing du calendrier établi.

| Lire aussi : Bénin : les garanties de Kemi Seba à Nadine Okoumassoun après sa sortie de prison

En gros, tout est en place et les opposants clament à tue-tête qu’ils sont prêts à prendre part aux élections contrairement au fils de l’ancien président, Ganiou Soglo qui semble-t-il, rame à contre-courant.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer