Bénin

A Talon : Kassa Mampo fait une proposition après la dissolution de la Sobemap

L’investigateur 4/12/2022 à 18:16

La dissolution de la Société Béninoise de Manutention Portuaire (SOBEMAP), continue de faire jaser. Au nombre des derniers commentaires sur le sujet, il y a l’intervention de Kassa Mampo, secrétaire général de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (CSTB). Naturellement, il manifeste son mécontentement, et fait une proposition au au gouvernement, lors d’une émission sur Fraternité FM.

Pour Kassa Mampo Secrétaire général de la CSTB, « La dissolution de la SOBEMAP est grave. Le gouvernement de Patrice Talon est en train de détruire les structures de l’État, c’est-à-dire qu’on privilégie le privé par rapport à l’État. On a fermé la SONAPRA et toutes les sociétés pratiquement, l’essentielle des sociétés publiques du secteur du développement rural » a déclaré le Kassa Mampo.
Il craint pour les travailleurs de cette société d’Etat même si le gouvernement a rassuré que les agents de cette société (SOBEMAP) ne seront pas laissés-pour-compte. « On a fermé la SONACOP, aujourd’hui on ferme la SOBEMAP, ainsi de suite on continue de fermer les sociétés d’État. Entre-temps, c’est le CNCB, et les fermetures sont suivies de la mise des gens au chômage. On ne comprend pas quelle est cette gouvernance-là ? La CSTB n’est pas d’accord et les travailleurs en général, les citoyens ne sont pas d’accord avec ce système de gouvernance », a-t-il déclaré.

| Lire aussi : Bénin : voici le sort réservé aux agents après la dissolution de la Sobemap

Le secrétaire général de la (CSTB) propose à l’Etat de corriger les dysfonctionnements s’il y en a au sein de la Sobemap. La meilleure solution au lieu d’une création de nouvelle société de Manutentions
Pour rappel, le gouvernement a pris cette décision à la faveur du conseil des ministres du mercredi 30 novembre 2022 après avoir fait le constat qu’il a « un faible niveau de compétitivité » de la SOBEMAP. En l’occurrence son statut d’entreprise publique qui ne facilite pas la flexibilité et l’adaptation aux exigences du commerce maritime international et sa trop faible capacité d’investissements qui ne lui permet pas d’adapter ses équipements aux besoins de l’industrie maritime en perpétuelle mutation ainsi que la structure de ses charges d’exploitation.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer