Actualité

A Talon : un citoyen rappelle que Macron n'a ni emprisonné ses opposants, ni empêché la concurrence après sa lettre au président français

L’investigateur 20/06/2022 à 11:24

La lettre du président beninois Patrice Talon à son homologue français continue de faire d’encre et de saliver. Les commentaires vont bon train et un citoyen dans une tribune que voici, rappelle au N°1 béninois que son collègue de la France a organisé les élections avec la participation de tous les camps. Allusion faite à l’exclusion dont parlent les opposants béninois, et surtout les arrestations qui ont suivi. Lire sa chronique.

_*Le Président Talon écrit au Président Macron après les législatives en France*_

Nous demandons au président béninois d’aller à l’école des grands s’il veut en devenir un.

Quand la France a organisé les élections, on n’a vu qu’au premier tour comme au second tour, on a vu la femme dans le jeu, on a pas vu un candidat en prison ni une partie du peuple qui crie à l’exclusion. Ici, Madougou était arrêtée. Le président l’accusait du fait qu’elle soit venue avec les valises d’argent tout comme si le président a perdu son argent. Il a accusé les chefs d’État de la sous région de déstabiliser son pouvoir. On a vu Macron accusé quelqu’un avant de gagner les présidentielles ? Quand vous avez fait votre élection, Macron vous a écrit quoi ?

Pour les élections françaises, on n’a ni parlé de terrorisme politique, car, Macron n’a commis aucun acte préjudiciable à la paix avant d’être installé par son peuple.

On a pas enregistré des arrestations, des manifestants ni de tueries pendant les élections.

On n’a pas une assemblée installée sur les cadavres ni monocolore. C’est dans la diversité qu’un État grandit, se construit.

Ici aujourd’hui, la participation de l’opposition aux élections législatives dépendrait de la volonté du président tout comme les présidentielles passées où on l’entendit dire que les Démocrates iront aux élections.

Devenir grand, il faut prendre le chemin des grands. Organiser les élections à venir dans la paix, dans la transparence, dans l’inclusion même si on va les perdre car, le peuple sait à qui il faut accorder ses suffrages.

Julien Kandé Kansou, le 20 juin 2022, 09h34



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer