Bénin

Abomey-Calavi : Cabale gratuite des adversaires politiques contre le CQ Ahokponou dans l’affaire « interdiction de délivrance des attestations de résidence par les élus locaux »

Judicaël C. GBETO 8/08/2022 à 20:24

Assailli sans raison sur les réseaux sociaux, pour la simple raison qu’une copie des imprimés (attestation de résidence) est utilisée comme illustration à une publication d’un quotidien en ligne, le Chef quartier de Gbègnigan-Midokpo, Ahokponou Magloire, indemne de toutes critiques, garde son sang froid. Le journal déplore cette récupération de ses écrits et rassure l’élu local de sa bonne foi et salue son dévouement au travail.

Tout est parti d’une publication de la rédaction de votre journal en date du 22 juillet dernier qui informait sur les réformes engagées par le gouvernement, notamment la délivrance des attestations ou certificats de résidence par les chefs de quartier. La production a précisé qu’ils sont désormais dépossédés de la prérogative qui leur octroyait le droit de délivrer des attestations ou certificats de résidence ; puisque ceci revient de fait aux mairies ou à l’Agence nationale d’identification de la population (ANIP).
L’évolution du monde connaissant la création d’un nombre incalculable d’outils modernes numériques, favorise la vie aux populations. De la même manière que ces merveilles des temps nouveaux allègent la vie aux uns et aux autres, elles constituent un véritable danger pour tous, si elles sont utilisées à des fins malsaines et machiavéliques. C’est ainsi qu’une information saine donnée par les uns peut être malheureusement subtilisée et peinte en noir par les autres. Cette forme de diffamation est monnaie courante de nos jours sur internet, où sans prendre contacte avec une information, on se jette là-dessus, dans le but, pour certains, de se défouler, et pour d’autres, de nuire. Le domaine politique est bien un terrain favorable à ces manœuvres.
Une publication mal exploitée, les détracteurs confondus …
La publication en ligne dont il est question un peu plus haut, qui n’apportait qu’une information au public, a été récupérée par des hommes et femmes de mauvaises fois, amoureux du danger. Ils se sont juste servis de l’image illustrative (une attestation de résidence) pour tenter de porter un coup à la dignité de paisibles populations. Ils s’en sont notamment pris à un honnête citoyen, en la personne du Chef quartier de Gbègnigan-Midokpo, monsieur Ahokponou Magloire.
Dans leur salissure, ils ont affirmé que ces imprimées du quartier Gbègnigan-Modokpo sont vendus au prix de 1800f et la signature à 700f, soit un total de 2500f. Ce qui n’a jamais été le cas, puisque l’article n’a mentionné ces chiffres nulle part. Dans ce quartier, tout le monde sait que cet acte est toujours délivré à 500FCfa. Ce qui se présente comme une très mauvaise blague, a été récupéré par les détracteurs et adversaires politiques de l’élu local dans l’unique but d’effriter sa cote de popularité. Ce qui est loin de se réaliser puisque l’homme est connu de tous, comme étant un citoyen honnête et intègre.
Il faut noter, confie le Chef quartier, que « nos attestations sont vendues au prix unique de 500f avant le décret communal No 21/1396/C-AC/SE/RAAF/DSP/SPAPC/SAC en date du 06 Août 2022 portant interdiction de vente des imprimées personnels du chef de quartier.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer