Actualité

Affaire 46 soldats : Bamako envoie un nouveau document à Abidjan avant d’agir

L’investigateur 31/10/2022 à 22:14

De 49 militaires, ils ne sont plus que 46 soldats en détention à Bamako. Epinglés le 10 Juillet dernier, 49 militaires ivoiriens ont été arrêtés à leur arrivée à l’aéroport de Bamako et inculpés par le juge malien.

Considérés à tort ou à travers comme des mercenaires, Ils ont été inculpés à la mi-août par la justice malienne notamment pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’État ». En dépit des médiations de plusieurs Chefs d’Etats, Bamako tient ferme pour le moment. Mais jusqu’à quand ?

| Lire aussi : Burkina : le gouvernement du Capitaine Ibrahim Traoré face à sa première crise

Telle est la question qui est sur les lèvres. Pendant qu’une médiation togolaise a permis de libérer les trois femmes du groupe, les autres militaires sont toujours détenus à Bamako, et la chance pour eux de prison le plus précocement est mince.
À Bamako, on reconnaît volontiers que les relations entre les deux pays ont entre-temps beaucoup évolué sur l’affaire des militaires ivoiriens : « Nous parlons avec nos frères ivoiriens », a expliqué un officiel impliqué dans la gestion du dossier, selon Rfi.

A la question de savoir pourquoi les 46 militaires ivoiriens ne sont pas toujours libérés, la source renseigne que Bamako a estimé que : « ça ira », avant de reconnaître que le processus évolue un peu en dents de scies ces derniers temps.

| Lire aussi : Bénin : Omar Alieu Touray et Mahamadou Issifou reçus par le Président Patrice Talon

Mais la vraie réponse est que les autorités maliennes ont « envoyé à Abidjan un nouveau document à valider pour donner un coup d’accélérateur au dossier et attendent le retour des autorités ivoiriennes. ».

À Lomé, où Faure Gnassingbé se bat pour obtenir la libération des militaires ivoiriens, on reconnaît l’existence d’une récente lettre du gouvernement malien adressée au gouvernement ivoirien. La mission contient selon certains « les demandes » maliennes pour clore le dossier. D’autres sources les qualifient d’« exigences ».




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer