Bénin

Affaire 70 millions : un religieux recommande à la Criet d’écouter les députés cités

L’investigateur 20/12/2021 à 10:39

Les révélations de l’ancienne ministre, Reckya Madougou à l’audience de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), le vendredi 10 décembre 2021, continuent de susciter des réactions. La dernière en date est celle de l’imam de la mosquée centrale d’Abomey-Calavi, El Hadj Boukary Moutawakil Malik.

Dans son intervention lors de la prière du vendredi 17 décembre 2021, l’imam de la mosquée centrale d’Abomey-Calavi, El Hadj Boukary Moutawakil Malik a non seulement prêché la parole, mais il s’est également prononcé sur l’actualité nationale.
L’un des sujets que El Hadj Boukary Moutawakil Malik a abordé et qui retient les attentions a été le « Procès Madougou ». Sur le sujet en effet, El Hadj Boukary Moutawakil Malik a semble-t-il, laissé entendre qu’il y a eu en quelque sorte du « deux poids, deux mesures ». Car, dans son intervention il a été clair « qu’on ne saurait condamner dans l’affaire, certains pendant que d’autres sont en liberté ». Dans son intervention, l’imam a reconnu que ce qui porte un coup fatal au développement du Bénin est « l’escroquerie politique ». Un aspect de son intervention sur lequel il s’est appesanti pour démontrer à « mots voilés » que les députés qui sont allés chercher des sous chez l’ancienne ministre Réckya Madougou, selon les dépositions de cette dernière à la barre, doivent être interpellés par les juges de la Criet. Sans les nommer, il a déploré qu’ils ne soient pas écoutés par les juges de la Criet. Car, selon ses déclarations, l’escroquerie politique laisse beaucoup d’impacts négatifs sur la gestion de la cité et il est désormais temps qu’on commence par punir sévèrement ceux qu’il appelle « des escrocs politiques ». D’ailleurs, il a souhaité qu’une fois épinglés, la peine de cette race de politiciens soit « corsée ».

| Lire aussi : Bénin : des sanctions pour les étudiants ‘’boxeurs’’ de l’Université d’Abomey-Calavi

| Lire aussi : Parti à Allada : voici d’autres détails sur le Roi Dada Kèfa Sagbadjou Glèlè

| Lire aussi : Bénin : une promesse de Anselme Amoussou, réélu secrétaire général de la CSA-Bénin

D’autres sujets abordés au cours de la prière

Profitant de l’occasion, il a émis l’idée que les Béninois aillent vers la réconciliation, le pardon. Qu’ils se réconcilient avec eux-mêmes parce que personne encore moins un Dieu ne viendrait le faire à leur place. Plus est, il a évoqué la grâce présidentielle dont les personnalités politiques en prison et celles en exil ont besoin. Certains, d’une part pour recouvrer leur liberté, et d’autres pour signer leur retour au Bénin d’autres part. En plus il a évoqué l’actualité relative au MCA dont la cagnotte a été réduite. Pour lui, même la Chine et la Russie sont dépendantes sur certains plans des USA. Donc, le Bénin à plus forte raison a besoin d’eux et il serait utopique que certains compatriotes qui n’apportent rien à l’économie du pays, se plaisent à dire, en réaction à la réduction de l’aide américaine que "les Etats-Unis peuvent garder leur don".

Rappelons qu’au cours de son procès, l’ancienne ministre Réckya Madougou candidate à la présidentielle d’avril 2021 aurait été selon ses dires, approchée par quatre députés à qui elle aurait remis 70 millions FCFA pour avoir des parrainages. Mais cités à la barre, les juges n’ont pas cru devoir écouter ces députés au terme du procès pour lequel Réckya Madougou sera condamnée à 20 ans de prison et une amende de 50 millions FCFA.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Facebook