Bénin

Affaire Madougou et Aïvo : le gouvernement répond à l'inquiétude des USA et clarifie

L’investigateur 16/12/2021 à 15:45

L’incarcération de Réckya Madougou et Joël Aïvo ne fera pas baisser très tôt le mercure dans le thermomètre. Au contraire, elle fait déchaîner les commentaires ici au Bénin comme à l’international. Une sorte de réponse du berger à la bergère, puisque le Bénin vient de répondre aux Etats-Unis.

En effet, après la réaction des Etats-Unis qui disent s’inquiéter de la manière dont la condamnation des deux opposants, Réckya Madougou et Joël Aïvo a été prononcée par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), le gouvernement béninois a réagi. Au détour du Conseil des ministres de ce mercredi, le secrétaire général, porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji a répondu au porte-parole du département d’État américain, Ned Price.

Le lundi 13 décembre 2021, le diplomate portant la voix de la première puissance mondiale a fait part de l’inquiétude de son pays à propos de la justice béninoise.

| Lire aussi : Bénin : liste des ministres et députés distingués par l’ambassade des Pays-Bas

| Lire aussi : Madougou : les réserves de son avocat sur la criet pour l’aboutissement de l’appel à sa condamnation

« Nous sommes alarmés par la poursuite de l’érosion de l’espace pour la dissidence, l’augmentation globale des restrictions à l’autonomie participative et à la liberté d’expression, et le ciblage systématique des personnalités politiques de l’opposition. Démontrer aux citoyens du Bénin et aux partenaires internationaux que le système judiciaire ne sera pas utilisé à des fins politiques est essentiel pour restaurer l’ancienne réputation du Bénin en tant que leader régional de la gouvernance démocratique et de l’État de droit. », a déclaré le porte-parole Ned Price.

Mais 48 heures après, le Bénin réagit, selon les informations de Frissons Radio. « Les institutions jouent leur rôle puisque nous sommes dans un Etat de séparation de pouvoir », a dit le porte-parole béninois, Wilfried Léandre Houngbédji pour insinuer que le politique, contrairement aux idées du porte-parole du département américain, ne s’est pas immiscé dans le procès concernant les deux opposants Joël Aïvo et l’ancienne ministre Réckya Madougou.
Rappelons que les deux ont été condamnés respectivement à 10 ans 45 millions FCFA d’amende et 20 ans 50 millions FCFA.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer