Actualité

Afrique : voici les aéroports des pays membres de l’ASECNA non concernés par la grève des contrôleurs aériens

L’investigateur 23/09/2022 à 18:53

Les contrôleurs aériens de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) ont lancé un appel à la grève. Et, dans les aéroports de la plupart ses pays membres, tout est au calme.

La grève lancée par les contrôleurs aériens de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), a perturbé les vols dans le ciel africain. Ils ont lancé un appel à la grève à partir de ce vendredi 23 septembre, à 8 heures, TU.
L’Agence regroupe dix-sept pays africains. Un premier préavis avait été suspendu au mois d’août après une intervention du président sénégalais Macky Sall, également président de l’Union africaine. Suite à des décisions de justice, l’Asecna affirme que la grève annoncée ne touchera pas le Tchad, le Togo, la Côte d’Ivoire ou encore Madagascar.

« On a négocié les 29 et 30 août derniers. Mais on n’a pas eu gain de cause, pour ce qui concerne la motivation, que ce soit l’augmentation de la prime de contrôle, le plan de carrière des contrôleurs aériens, la résorption du manque d’effectifs. Sur tout cela, l’Asecna n’a pas donné satisfaction », explique François Paul Gomis, le secrétaire général de l’Union des syndicats des contrôleurs aériens de l’Asecna qui justifie la grève.

| Lire aussi : Bénin : ouverture de l’atelier de validation des textes d’application de l’avant-projet de la loi-cadre sur la planification du développement

Poursuivant, le syndicaliste déclare : « On a attendu pendant trois semaines, et pendant ces trois semaines, le comité des ministres ne s’est pas prononcé. C’est pourquoi on a décidé de réactiver le préavis de grève. Il y aura un service minimum qui sera assuré pour les vols militaires, les vols des chefs d’État et de gouvernement, les évacuations sanitaires, les vols qui participent à des opérations de recherche et de sauvetage, et aussi les vols humanitaires. L’Asecna ne fait que nous menacer, on nous a même menacés de licenciement. L’Asecna fait tout sauf initier un dialogue. Donc, nous aussi, on se braque. »

Mais dans un communiqué, l’Asecna dénonce la légitimité de l’union syndicale, qualifiée « d’organisation clandestine qui n’est reconnue par aucun des États membres ». L’agence assure avoir « pris toutes les mesures réglementaires pour assurer la continuité » de sa mission de service public, rapporte RFI.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer