Actualité

Aïvo et Madougou : Macron n’est pas venu au Bénin négocier leur sortie de prison, selon l’ex Dg/ARCHA Maxime Houédjissin

L’investigateur 31/07/2022 à 16:11

Le séjour du 26 au 27 Juillet au Bénin du président français Emmanuel Macron est presque sans intérêt, selon l’ancien Directeur général de l’Agence pour la Réhabilitation de la Cité Historique d’Abomey (DG/ARCHA), Maxime Houédjissin.

Bon nombre de Béninois apprécient le séjour au Bénin du président français, Emmanuel Macron. Mais pour l’ancien Directeur général de l’ARCHA, Maxime Houédjissin, il est question de se demander l’opportunité que revêt sa visite. En tout cas, il dit avoir été insensible à la visite de Macron au Bénin car, son déplacement doit avoir profité plus à la France qu’au Bénin. « …s’il nous a rendu visite, c’est certainement pour les intérêts de la France qui n’a pas d’ami« ., soutient l’ancien membre de la Renaissance du Bénin (RB).
« Il y a aussi le problème du franc CFA qui entraîne des tiraillements au niveau des Etats de la sous région ouest africaine. Je crois que ce n’est pas pour négocier la liberté des opposants qui sont en prison ou ceux qui sont en exil qu’il est venu. Non ! Ceux-là sont peut-être sacrifiés sur l’autel vraiment du franc CFA« , selon ses propos rapportés par le quotidien « LNT ».

| Lire aussi : Oké-Owo : Josué H. NVODE élu Président l’Association des Résidents et Ressortissants, Dr AGOGNON secrétaire général

En effet, pour l’ancien questeur de l’Assemblée nationale, tout le monde sait que le Bénin est aujourd’hui un pays totalement fermé. « Aujourd’hui, il n’y a personne qui vous dira qu’il est solide économiquement. Le panier de la ménagère est vide. L’économie est pratiquement à terre. Qu’est-ce qu’on peut trouver comme raison pour expliquer cette arrivée vite faite ?« , s’est demandé l’opposant au pouvoir en place.
Sur tout un autre plan, l’ancien député soutient que la présence de Emmanuel Macron au Bénin est motivée par la situation de la République du Togo qui est à un doigt de devenir un pays anglophone. « D’abord il y a le Togo qui est aujourd’hui pratiquement un pays anglophone et qui fait peur à la France parce que si le Togo rentre dans l’organisation des pays anglophones, il ne reste que le Bénin pour faire le quadrilatère Nigéria Bénin Togo et le Ghana« , laisse-t-il entendre.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer