Bénin

Aïvo : le professeur est responsable de sa condamnation à 10 ans, justifie Bertin Koovi

L’investigateur 9/12/2021 à 19:30

A travers un audio publiée sur les réseaux sociaux, Bertin Koovi, président de l’alliance Iroko a réagi et accuse sans avoir froid aux yeux, le professeur Joël Aïvo qui, selon ses dires, est le premier responsable de sa condamnation à 10 ans de prison par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

Selon Bertin Koovi, le premier responsable de la condamnation du Constitutionnaliste Joël Aïvo est le Professeur lui-même. Pour soutenir son argument, Bertin Koovi a laissé entendre qu’il a fait preuve de naïveté politique. C’est donc la “conséquence logique même de tout le processus” a-t-il affirmé. Et il en veut pour preuve, les propos de l’ex-Doyen de la faculté de droit et des sciences politiques (Fadesp), pendant son procès. « Madame la Présidente, Messieurs les accesseurs, j’ai fait don de ma personne au Bénin. Faites de moi ce que vous voulez », avait déclaré comme dernière phrase, avant sa condamnation le lundi 6 décembre 2021, le professeur Joël Aïvo.

| Lire aussi : Jihadisme : les défis qui attendent le Bénin, l’analyse d’un spécialiste des questions sécuritaires

Dans sa logique, Bertin Koovi compare le professeur Joël Aïvo à une femme qui provoque son mari“ Regardez son attitude lui-même. On a l’impression qu’il a tout fait pour qu’on le condamne. C’est comme une femme qui veut la bagarre avec son mari. Elle fait tout pour le provoquer. Et j’ai eu la vague impression que le professeur Joël Aïvo avait un agenda et cet agenda-là ne pouvait se dérouler qu’à travers sa condamnation“, renchérit Bertin Koovi.

| Lire aussi : Bénin : lintégralité du compte-rendu du Conseil des ministres

Toutefois, le président de l’alliance Iroko demande pardon au président Patrice Talon pour qu’il accorde très tôt, une grâce présidentielle au constitutionaliste pour qu’il aille s’occuper de ses étudiants. Car “En politique, on peut avoir raison et demander pardon à son adversaire”, a-t-il fini par conclure.


Maurelle Hessou




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook