Bénin

Ajavon : son parti réagit aux arrestations et lance un appel à Talon

L’investigateur 27/04/2021 à 16:36

Le parti Union Sociale Libérale a réagi aux arrestations liées aux violences préélectorales sur les médias sociaux. C’est par le biais de sa diaspora que cette réaction qui ne date que de ce mardi 27 avril 2021, a eu lieu. Lire les détails dans ce communiqué à travers lequel le parti souhaite la tenue d’un dialogue entre la mouvance et les autres acteurs politiques pour éviter au navire Bénin, de prendre l’eau.

Déclaration

La purge dans les rangs de l’opposition entamée bien avant la parodie électorale du 11 avril 2021 s’est intensifiée.
Des dizaines de leaders et activistes démocratiquement engagés contre le pouvoir dit de la "Rupture" jonchent les prisons du pays au motif artificieux de terrorisme.
Cette vague de terreur politique que le gouvernement cristallise à travers un discours irrationnel qui tend à présenter les opposants comme « des ennemis de la nation » en référence aux dernières déclarations du ministre de la Communication vise à neutraliser les grosses figures de l’opposition.

Il n’échappe à aucun observateur que depuis 2016, plusieurs opposants béninois font face à des affaires ténébreuses qui passent avec célérité devant la CRIET qui se substitue aux juridictions ordinaires et dont les procès expéditifs cachent difficilement la main du pouvoir Exécutif. Les aveux du magistrat commis à la CRIET, Essowé BATAMOUSSI, actuellement en exil qui a dénoncé la manipulation de cette juridiction par l’Exécutif témoignent des accusations grossières, hallucinantes et complotistes portées contre des opposants.

Lire aussi : Savè : le nombre de morts après les affrontements revu à la hausse

Dans les macabres prisons de Cotonou, d’Akpro-Missrété, de Lokossa, on y retrouve des acteurs de l’opposition tels que Réckya MADOUGOU, Joël AÏVO, Alexandre HOUNTONDJI, Laurent MÉTOGNON, Joseph TAMÉGNON, Bio Dramane TIDJANI, Ferdinand COMBETTI, Ali HOUDOU, Jean KPOTON, Nadine OKOUMANSSOU, Garya SAKA et d’autres compatriotes, martyrs anonymes de la dictature.

L’USL Diaspora constate que le maintien illégal de Patrice TALON au pouvoir au-delà du délai constitutionnel prévu par la Constitution du 11 décembre 1990 et l’organisation aux forceps de la présidentielle frauduleuse entaché de scènes déshonorantes, ont envenimé la crise politique et conduit à des événements extrêmement malheureux.

Lire aussi : Soglo : l’ancien président du Bénin attendu au tribunal ce vendredi 09 avril

*L’USL Diaspora exprime sa profonde compassion envers les familles* des populations victimes des récents événements dans les communes de Savê, Bantê, Tchaourou, Parakou, Kandi où des manifestations pacifiques débutées le 6 avril 2021 ont pris une autre tournure.

Pour éviter que le Bénin ne sombre dans une crise interminable qui va davantage déchirer le pays, *il urge de réconcilier le peuple béninois avec lui-même à travers un dialogue national afin de redéfinir les bases de notre vivre ensemble.*

Vive l’USL Diaspora
Vive le Bénin



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook