Bénin

Azannaï : l’ex-allié du pouvoir s'est prononcé sur les manifestations anti Talon

L’investigateur 10/04/2021 à 16:42

Acteur N°1 de la « Résistance nationale », Candide Azannaï condamne et déplore les morts enregistrés suite aux manifestations contre le président de la République, Patrice Talon.

A en croire son communiqué rendu public, pour l’ancien ministre Candide Azannaï, les manifestations ne sont rien d’autre que l’expression du peuple contre la prorogation du mandat présidentiel. « Le Peuple résistant s’est dressé contre cette confiscation de pouvoir qui n’est rien d’autre que l’expression abusive d’exercice de pouvoir », a-t-il écrit dans son communiqué. Il en rajoute pour exprimer son désarroi : « … la Résistance Nationale élève la plus grande protestation contre les massacres des paisibles populations ».
Certes les Béninois dans leur majorité regrette les incidents qui ont débouché sur des pertes en vies humaines. Mais ils sont nombreux y compris les organisations de la société civile à condamner les marches dites pacifiques qui se sont transformées en un règlement de comptes. Avec comme corollaire, le vandalisme des biens publics et privés. Pire, le domicile d’un député proche du pouvoir a été incendié et lui-même en personne a échappé à un lynchage. des routes inter-Etats ont été barrées et des passagers ont passé des nuits blanches sur la voie. Toute chose qui a obligé l’Etat à faire respecter l’ordre public. Conséquence, il y a eu d’affrontements entre forces de l’ordre et des soi-disant chasseurs dans des communes comme Savè, Bantè et Tchaourou. Ce qui a généré autant de dégâts et des pertes en vies humaines.
Certainement dans une autre approche et opposé au pouvoir, l’ancien député analyse la situation sous un autre prisme. Pour lui, il faut que les militaires retournent dans les casernes et que les personnes soupçonnées de commanditer ces actes marches et arrêtées, soient relaxées.

« La Résistance Nationale exige la réhabilitation de la Démocratie et le rétablissement de l’Etat de droit sans délai, la relaxe sans délai et sans condition de toutes les personnalités politiques retenues comme otages dans les geôles du pouvoir despotique dit de la rupture. », a-t-il écrit.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook