Actualité

Azannaï : sa vision, ce que pense l’ancien ministre des politiciens au Bénin

L’investigateur 7/12/2020 à 15:49

L’ancien ministre délégué, chargé de la défense nationale, Candide Azannaï a laissé peut-être pour la postérité, une de ses célèbres phrases en rapport à la vision qu’il a de la politique.

Dans la même logique que François Fillon qui a déclaré je cite : « Servir la France, c’est agir pour l’intérêt général (…) de la nation », l’ancien député Candide Azannaï a sa conception de la politique. A l’en croire, la politique pour lui n’est pas tournée vers l’intérêt personnel. « La politique pour moi n’est pas tournée vers mes intérêts particuliers et privés, une ambition personnelle. Je suis toujours au charbon comme je l’ai toujours été. Je ne suis pas un opportuniste, profiteur », a déclaré au cours de l’une de ses sorties, l’ancien allié du pouvoir.

Lire aussi : Carnet noir : le promoteur de la Radio CAPP FM Thomas Boya n’est plus

Dès lors on peut se demander pour quelles raisons le président du parti politique Restaurer l’Espoir a-t-il fait ses armes en politique et y continue d’ailleurs. Juste pour en faire une profession et ou un passe-temps ? Cette question, elle vaut tout son pesant d’or si on s’en tient à sa façon pour le moins inattendue de rompre ses alliances avec tous ses partenaires politiques. Les présidents Nicéphore Soglo (RB) et Boni Yayi (FCBE) hier ; et Patrice Talon aujourd’hui.

Quelle est alors la méthodologie et l’idéologie qui guide tant l’ancien ministre de l’industrie et du commerce de Boni Yayi, mais qui ne s’accommodent point à la vision de ses partenaires politiques ?

Lire aussi : Carnet noir : le promoteur de la Radio CAPP FM Thomas Boya n’est plus

Cela tombe sous le sens. A l’en croire, les différentes catégories de « politiciens » qu’il a eu à rencontrer n’ont pas satisfait à ses exigences certes. Mais il pense que pour le bien de la communauté, il n’est pas question de baisser la garde ; qu’on doit continuer le combat. « … Ce n’est pas parce que vous rencontrez un farfelu mafieux puis ensuite un mafieux escroc, des (…) politiques, totalement amoraux que vous déduirez que l’humain ne se résume qu’à eux et à leurs semblables et acolytes.
Que des singes ravageurs, saccageurs existent ne doit vous faire renoncer à labourer et à semer les bonnes graines pour le bien de la communauté », a déclaré Candide Azannaï. De qui parle-t-il en réalité ?



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook