Bénin

Azannaï : un anniversaire hier, marqué par un double regret pour le « Résistant »

L’investigateur 5/05/2021 à 10:22

Ce début du mois de mai rappelle sans doute, un triste souvenir à l’ancien ministre délégué auprès du président de la République, chargé de la défense nationale, Candide Azannaï. Et pour cause !

En effet, c’est dans ce mois de mai en 2015 qu’une tentative d’arrestation de l’ancien député, Candide Azannaï a été initiée sous l’ancien président Boni Yayi. Une arrestation manquée de Candide Azannaï, l’élu de la seizième circonscription électorale à son domicile à Zogbo, par les éléments du Groupement sud de la gendarmerie nationale de Cotonou qui a mis la capitale économique du Bénin en ébullition, selon fraternité.

En tout cas, à l’époque, l’interpellation du député de la 16è circonscription électorale a mobilisé les leaders de l’opposition de ce moment, tels que l’ancien président Nicéphore Soglo, feu Théophile Montcho et autres. De Me Joseph Djogbénou à l’ancien président et maire de Cotonou, Nicéphore Soglo, le ton était grave pour mettre en garde le président Boni Yayi contre toute tentative d’arrestation de Candide Azannaï, le député le plus en vue à l’époque, a écrit le Journal Fraternité.

Un souvenir regrettable ?

Certes le président du parti, Restaurer l’Espoir a un mental d’acier. « En politique, il faute s’attendre à recevoir des coups, puis savoir en donner », clame-t-il. Mais ce souvenir comme les autres depuis qu’il a quitté le gouvernement en mars 2017, doit lui laisser de triste et regrettable pensée. Parmi les acteurs qui ont œuvré à l’avènement du Nouveau Départ, Candide Azannaï fait parti de ceux qui étaient sur la première ligne d’attaque, et ont offert leur poitrine. Des risques, il en a suffisamment pris au point que beaucoup avaient peur pour lui. Mais un an presque après le premier gouvernement du président Patrice Talon, il a dû rompre les amarres avec ses anciens alliés pour évoquer des raisons de convenance personnelle. Même si à un moment de son parcours politique, il a dû flirter à nouveau avec Boni Yayi qu’il a vitriolé il y a 06 ans pour la cause de la Rupture, les meurtrissures de 2015 sont restées de sorte que les cohabitations entre les deux n’ont pas auguré d’un parfait amour.

D’une part, pour la célébration des 06 ans de son arrestation manquée, l’ancien député doit être dans le regret d’avoir œuvré avec abnégation à l’avènement de la rupture, et de s’être brouillé avec Boni Yayi qui l’a fait ministre pour la toute première fois de sa carrière politique d’autre part.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook