Actualité

Bénin : Azannaï redéfinit sa stratégie de lutte contre le régime en place

L’investigateur 21/04/2021 à 17:18

A la faveur d’une déclaration faite ce mardi 20 avril, l’ancien député Candide Azannaï est revenu de long en large sur sa méthode de « résistance », qui semble-t-il dire, permettra à l’opposition d’avoir le dessus sur le régime en place.

En termes de combat mené face au pourvoir, l’ancien ministre Candide Azannaï et ses pairs de l’opposition sont-ils sur la même longueur d’onde ?
Cette question préoccupe dans la mesure où entre les deux entités : la Résistance fidèle au président de Restaurer l’Espoir, Candide Azannaï ; et l’opposition aile des Démocrates, les actions ne sont pas coordonnées. Les manifestations des 06, 07, 08, 09, 10 avril n’ont jamais été organisées de manière cohérente. C’est la preuve que ceux qui ont arpenté les rues au nom de l’opposition aux dates plus haut citées, y sont allés de manière violente. Ce qui est contraire à la méthode de l’ancien ministre délégué auprès du président de la République chargé de la défense nationale, Candide Azannaï.
D’ailleurs l’ancien allié du régime prône une résistance non violente. « Pour tout démocrate authentique et pour la Résistance Nationale, la violence n’a jamais été un début de solution pour qu’il soit espéré qu’elle puisse être la solution face au pouvoir dit de la rupture. », a-t-il déclaré. Et mieux, « La violence est la pire des options qu’elle soit l’œuvre d’un État déviant aux abois que victimes frustrées aux portes de la désespérance. », soutient Candide Azannaï.

Lire aussi : Talon : un toast en l’honneur de son K.O, les images de la célébration de la victoire du duo

L’ancien député poursuit et renchérit ses propos : « Nous avons toujours enseigné et insisté que prendre l’option de la violence, c’est littéralement tombé dans le piège (…), ce qui équivaudrait à offrir à la dictature l’arme.
Toute chose qui conforme l’auteur, parce que les manifestations contre le régime ont valu la riposte des militaires au terme de laquelle on a dénombre des victimes et des blessés graves, selon les autorités béninoises.
« Les griefs du peuple contre Patrice TALON demeurent et restent entiers ; la résistance pacifique et non violente, reste totale et plus que jamais un impératif patriotique », a ajouté l’ancien député.
Pour finir, il souhaite la fin des arrestations, seule possibilité pour détendre l’atmosphère.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook