Bénin

Bénin : Talon revendique le sobriquet Agbonnon et souhaite être jugé à la fin de son 2nd mandat

Bénédicte BANKOLE 23/05/2021 à 16:39

Surnommé ‘’Agbonnon’’ au cours de son premier quinquennat en 2016, Patrice Talon a été investi ce dimanche 23 mai 2021 au Stade Charles de gaulles de Porto-Novo pour son second mandat. Lors de son discours, il a promit pour ses 05 prochaines années au palais de la Marina, un mandat hautement social pour mériter son sobriquet de ‘’AGBONNON’’.

Investi en tant que président de la république du Bénin pour un second mandat de cinq ans, Patrice Talon est décidé à assumer ce sobriquet ‘’AGBONNON’’ que lui ont donné ses militants lors de la présidentielle de 2016.
Ce dimanche au cours de son investiture, il annoncé son engagement à donner le meilleur de lui-même pour mériter ce sobriquet qui signifie « l’homme fort ».
‘’Ce mandat sera donc hautement social. Mon souhait en ce qui me concerne personnellement, c’est qu’il soit établi à la fin du mandat, que j’ai donné le meilleur de moi-même pour notre satisfaction commune et que véritablement, je mérite d’être appelé « AGBONNON »’’, a-t-il déclaré.

Pour Patrice Talon au cours de son second mandat, l’engagement commun sera d’œuvrer à consolider la démocratie et les libertés, puis instaurer durablement la bonne gouvernance, gage de réalisation de toutes nos ambitions.

Les élections ainsi que les incompréhensions ou les querelles qu’elles génèrent, c’est désormais du passé. Pour conclure, le chef de l’Etat invite donc tous dans la cohésion, à se mettre au travail pour consacrer définitivement le redressement de la grande nation que nous sommes, la fierté du grand Peuple que nous avons toujours été.

Quid du sobriquet Agbonnon !

Il s’agit en effet d’un sobriquet attribué au président béninois par ses proches. A la veille de l’élection présidentielle de mars 2016, personne ne vendait chère sa peau.
Tel un troisième larron, il a surgi et puis coiffé aux poteaux, la mouvance d’alors, dirigée par son prédécesseur Boni Yayi et son candidat Lionel Zinsou d’une part, et le richissime homme d’affaires, Sébastien Ajavon d’autre part.

Au terme du scrutin, il en est sorti vainqueur. Toute chose qui a réconforté ses proches qui s’en sont réjouis. Jamais, lui-même n’a revendiqué ce surnom de façon ouverte sauf ce dimanche où à la faveur de sa prestation de serment, il l’a publiquement déclaré. A l’aune de ses résultats, il sera jugé au terme de son second mandat.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook