Actualité

Bénin : Théodore Holo contre la prorogation du mandat de Talon, lire ses explications

L’investigateur 11/01/2021 à 21:39

Les commentaires continuent de s’enchaîner à propos de la décision rendue par la Cour constitutionnelle au sujet de la prorogation du mandat du président, Patrice Talon. Le dernier en date est celui de Théodore Holo, prédécesseur de Joseph Djogbénou, actuel président de la Cour constitutionnelle.

Pour le professeur Théodore Holo, la cour constitutionnelle ne devrait pas se déclarer « incompétente » pour connaître du recours à elle, adressé à propos de la prorogation du mandat de Patrice Talon. L’ancien président de la Cour n’est d’accord que l’actuel chef d’Etat fasse un bonus de 45 jours, compte tenu de la constitution révisée.

Lire aussi : Ahossi  : des morts après l’envahissement du Capitole par des partisans de Trump

Ce que les sages de la Cour ont fait dans leur décision rendue jeudi 07 janvier 2021. En vérité pour Théodore Holo, avec des exemples à l’appui, le juge ne devrait pas se déclarer incompétent. « La Cour ne pouvait pas se déclarer incompétente d’autant plus que le président a prêté en 2016 le serment de respecter la Constitution, de la défendre ». Plus loin, il ajoutera que si « le mandat commence le 06 avril, c’est dû à des circonstances exceptionnelles. En 1991, le président Soglo étant malade n’a-t-il pas prêté serment que le 04 avril. En 1996, le président Kérékou a prêté serment le 04 avril, mais il a omis une formule : " Les mannes de nos ancêtres ", la Cour saisie a annulé le serment qu’il a dû reprendre le 06 avril. Ce qui fait que désormais le mandat commence le 06 avril »

Lire aussi : Double décision de la Cour sur de parrainage et le mandat présidentiel  : Un « déni de justice sonstitutionnelle », selon Dr Stanic Adjacotan

Au micro des confrères de la Deutsche Welle, Théodore Holo ajoutera que « Le président qui est élu sur la base de cette constitution doit finir son mandat en principe le 05 avril à minuit. Maintenant qu’il y a eu révision en 2019, le président qui serait élu en 2021 doit prêter serment sur cette constitution révisée et lui maintenant doit finir son mandat au mois de mai ».
De toute façon, les interprétations s’enchaînent et chaque camp a ce qu’il paraît, tire le drap de son côté.

Rappelons que Théodore Holo avait été président de la Cour constitutionnelle sous le régime défunt de Boni Yayi.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook