Actualité

Bénin : Waouwa Thérèse critique la loi sur l’acte de paternité, lire ses motivations

L’investigateur 14/05/2021 à 12:42

Le sujet relatif à l’obligation pour les futurs papas au Bénin, d’établir désormais un acte de paternité avant l’accouchement, est au cœur des débats. Profitant de son passage sur Couffo FM, Waouwa Thérèse a critiqué cette loi puisqu’elle estime que le Bénin est encore loin des réalités qu’elle véhicule.

Au cours de son passage sur Couffo FM, Waouwa Thérèse a d’entrée, souhaité un apaisement aux Béninois, qui selon ses dires, souffrent du fait des réformes du gouvernement. Plus loin dans son commentaire, la syndicaliste dira que les lois prises sous le régime sont sujettes à polémiques et de jour en jour, elles se multiplient alors que le peuple en souffre.

Lire aussi : Cameroun : 02 individus surpris en robe, condamnés à 05 ans après leur procès

Pour elle, nul ne sait au début d’une grossesse si le bébé survivra. Pour la présidente du Comité national des revendeurs, vendeurs et artisans du Bénin (Conarab), les réalités socioculturelles en Afrique et au Bénin en particulier, veulent avant tout qu’’une grossesse soit cachée. Or, avec cette loi, la future maman est obligée d’exposer sa grossesse. Poursuivant ses réflexions, Waouwa Thérèse ajoutera que cette réforme est plutôt une « taxe sur les grossesses » parce que le père de l’enfant qui naîtra, doit dépenser environ 15.000 fcfa.
Rappelons que cette loi n°2015-08 du 08 décembre 2015 portant code de l’enfant en République du Bénin, est désormais en vigueur au Bénin depuis ce 1er avril. Et, elle stipule qu’« aucune sage-femme, aucun médecin accoucheur ne peut inscrire sur la fiche de naissance, le nom d’un quelconque présumé père si la femme n’apporte pas au moment de l’accouchement, la preuve du mariage ou de la reconnaissance de la grossesse ».

Lire aussi : Bénin : Paul Hounkpè désigne son représentant au sein conseil électoral

Donc, il indispensable de présenter un acte de paternité lors de la déclaration de naissance au Bénin. Puisque la législation a été claire dessus : le nom du géniteur ne peut être inscrit sur l’acte de l’enfant qu’après présentation d’un « certificat de mariage ou d’une déclaration de reconnaissance de la grossesse établie par l’officier de l’état civil ».



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook