Présidentielle 2021

Bénin : ce que pensent Les Démocrates des « Résistants, aile Azannaï » et le reste de l'opposition

L’investigateur 25/08/2020 à 11:46

Sans vouloir l’exprimer à tue-tête, l’opposition au régime en place ne se fait plus confiance. Très méfiants les uns des autres, les leaders de chaque entité mènent leur lutte, selon la philosophie du groupe. Sur plusieurs terrains, ils s’évitent également.

De sources ébruitées, la méfiance est totale, à l’approche de la présidentielle au sein des membres de l’opposition. S’ils étaient peu ou prou unis il y a quelques mois, même si c’est en apparence pour combattre le pouvoir, aujourd’hui, ce n’est plus forcément le cas. Ce qui les rapprochaient les uns des autres paraît désormais infime, au regard de certaines considérations.

Lire aussi : Toffo : découverte macabre d’un corps en putréfaction avancée dans un puisard

Sur le terrain des stratégies à mener pour désosser les régimistes, ils ne s’entendent plus. Ou du moins, chacun y va, selon sa logique et les moyens de bord. L’absence criarde des leaders du parti Les Démocrates au Chant d’Oiseau de Cotonou le samedi 22 août 2020 dans un atelier organisé par « l’aile de la Résistance » pilotée par l’ancien ministre délégué, chargé de la défense nationale, Candide Azannaï n’est pas anodine.
De sources dignes de foi, au sein de la troupe dirigée par le président Eric Houndété, il se susurre que l’opposition dans sa globalité a été infiltrée par le pouvoir en place. Du coup les décisions prises sont dans la rue avant leur mise à exécution. Très surpris par cette attitude de certains leaders du groupe de départ, rapportent nos sources, Les Démocrates en l’occurrence pensent mener leur lutte autrement. C’est d’ailleurs l’une des raisons motivant la création du parti, confirment les mêmes sources. Chez Les Démocrates, on pense autrement.

Lire aussi : Bénin : Houéyogbé : le corps sans vie d’un féticheur repêché d’un puits à Gboho

Sur le terrain, l’attitude à adopter sans oublier les méthodes diffèrent également. Tel un monstre à deux voire plusieurs têtes, les opposants peuvent-ils avec un tel visage, battre la mouvance aux prochaines joutes électorales ? Une chose est de compter sur la vengeance du peuple, mais l’autre est de s’organiser. Ce qui manque le plus chez eux.
Les Démocrates, à moins qu’ils aient décidé de coller à leur nouvelle dénomination, optaient dans un passé récent pour le radicalisme alors que le groupe fidèle au ministre Azannaï, préfère la philosophie de Martin Luther King. Et dans ces conditions, il est normal de se demander s’ils pourront en rangs dispersés, déloger le compétiteur-né de la Marina dans huit mois environ.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook