Actualité

Bénin : doutant de la paternité de son fils, il décide de l’assassiner en complicité avec sa femme

Bénédicte BANKOLE 18/08/2021 à 18:16

Ce mardi 17 août 2021, un individu a été déposé en prison pour tentative d’assassinat sur un enfant de 02 ans. Ce dernier aurait agit ainsi parce qu’il doutait de la paternité de l’enfant.

Selon les faits rapportés par la présidente de l’ONG Famille Nutrition Et Développement (FND), la scène s’est déroulée suite à une dispute du couple. L’homme aurait dit ne pas être le père de l’enfant dont il s’occupait pourtant depuis 02 ans. Alors il a décidé de mettre fin à sa vie.

| Lire aussi : Covid-19 : « la situation est assez tendue dans les centres de traitement », selon Hounkpatin

‘’Après les malentendus il était sorti. Au retour il a demandé à son épouse de lui trouver une corde pour étrangler le bébé afin de taire les histoires autour de sa paternité », rapporte Hélèna Capo-Chichi la présidente de l’ONG. La complice (la mère) avait effectivement exécuté l’ordre de son mari, en mettant à disposition la corde qui allait servir à étrangler l’enfant. « Il avait tiré très fort trois fois de suite la corde pendant que la mère gardait la bouche de l’enfant fermé avec la main, sous l’ordre de son époux’’, raconte la présidente de l’ONG FND. Mais au cours de cet acte barbare le nourrisson a réussi à tousser. Craignant que les voisins entendent le cri de l’enfant, le mari a dû le relâcher. Il dit par la suite à son épouse qu’il serait mieux de lui mettre de raticide dans le repas et qu’en revenant de la ville qu’il en achètera pour qu’ils empoisonnent le repas du petit garçon. Ce que la mère avait accepté.

| Lire aussi : Batamoussi : le juge démissionnaire de la Criet et sa famille reconnus exilés politiques

Mais la dame a pris conscience du danger et a changé d’avis. C’est ainsi qu’après, elle raconte toute l’histoire à une connaissance et de bouche à oreille, le commissariat central d’Abomey-Calavi a été aussitôt informé et le couple interpellé. Présentés au Procureur de la République près le tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi, l’homme a été déposé en prison et sa femme mise sous convocation.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook