Actualité

Bénin : en colère, les riverains de la mosquée Iwalessin de Yénawa-Daxo écrivent à Talon et dénoncent

L’investigateur 5/07/2022 à 23:38

Malgré les nouvelles lois votées dans le cadre de la lutte contre la pollution sonore, des populations continuent de défier l’autorité de l’Etat. Tel est le cas de la mosquée Iwalessin du quartier Yénawa-Daho. Désemparés, les riverains dudit quartier ne savent plus à quel saint se vouer. Donc, ils sont obligés de s’adresser directement au Chef de l’Etat, Patrice Talon à travers une lettre ouverte. Lire l’intégralité de la lettre.


Lettre ouverte au Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement


Le Collectif des riverains de
la mosquée Iwalessin
deYénawa-Daxo

A
Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement
Cotonou

Excellence Monsieur le Président de la République,
Nous, populations riveraines riverains de la mosquée Iwalessin du quartier Yénawa-Daho dans le deuxième arrondissement de Cotonou voudrions en premier lieu rendre grâce à Dieu Tout-Puissant, pour sa grâce et sa protection sur vous-même, votre famille, les membres de votre Gouvernement et le peuple béninois en général.
Nous voudrions ensuite vous féliciter pour les efforts combien colossaux que vous déployez auquotidien pour améliorer les conditions de vie de vos concitoyens et propulser notre pays sur l’orbite du développement.
Nous vous en savons gré et vous encourageons vivement, à continuer sur cette même lancée pour la réalisation des nobles et glorieuses ambitions que vous portez pour notre pays.

Excellence Mon le Président de la République,
Nous avons jugé nécessaire de nous adresser très respectueusement à votre haute autorité à travers ce canal parce que nous sommes désemparés. Oui Mon le Président de la République, vos enfants riverains de la mosquée Iwalessin située au quartier Yénawa-Daho dans le deuxième arrondissement de Cotonou ne savons plus à quel saint nous vouer.
En effet, cela fait plusieurs années que nous subissons impuissants, des nuisances environnementales causées par les fidèles membres de cette mosquée. La situation est aujourd’hui telle que malgré vos efforts herculéens pour offrir à chaque Béninois un cadre de vie sain et agréable à vire, le nôtre est invivable et frise même l’enfer sur terre.
Notre calvaire démarre chaque matin à 5h avec l’appel bruyant du muezzin pour la prière du matin. Le bruit des installations sonores de la mosquée est tellement intense qu’il nous est impossible d’y résister. Et c’est parti ainsi pour toute la journée jusqu’à la dernière prière du soir. Même aux heures de la sieste, impossible de se reposer. Nos enfants apprenants ne peuvent plus apprendre leurs leçons dans le calme et la sérénité requis. La situation dure ainsi depuis de nombreuses années.
Le comble, Monsieur le Président, c’est qu’en plus de ces nuisances sonores auxquelles nous sommes exposés tous les jours, nous devons subir la pollution environnementale causée par les eaux usées malodorantes et nauséabondes issues de la mosquée et déverser dans la rue.
Toutes nos tentatives pour faire entendre raison aux responsables de la mosquée sont restées jusque-là vaines. Dépassés, nous avons saisi la Police Républicaine et la Briarde de protection de l’environnement. Mais aucune de ces démarches n’a abouti. Pendant ce temps, notre calvaire se poursuit et prend chaque jour de l’ampleur.
C’est au creux de cette situation désespérante que nous avons appris la décision prise par le Conseil des Ministres en sa séance du mercredi 25 mai 2022 de mieux réglementer les activités génératrices de bruit dans notre pays.
Nous avions alors poussé un ouf de soulagement espérant que cette mesure gouvernementale réussirait à dissuader un tant soit peu nos voisins. Malheureusement notre joie n’a été que de très courte durée puisque dès le lendemain de la prise du nouveau décret, notre calvaire a repris et de plus belle.
Excellence Mon le Président de la République,
Vous êtes désormais notre seul espoir pour sortir de ce piège environnemental dans lequel nous sommes coincés depuis de très longues années. Voilà pourquoi nous avons décidé de nous adresser à vous.
Nous savons, Excellence Monsieur le président de la République que vous avez fait de la justice sociale un crédo et de la lutte contre l’impunité votre cheval de bataille. Nous savons aussi qu’avec vous, nul n’est au-dessus de la loi.
Nous vous prions donc Excellence Monsieur le Président de la République, de nous venir en aide en instruisant les services compétents de l’Etat afin que force reste à la loi.
Nous ne sommes pas contre la foi de la religion musulmane. Notre seule requête est que nos frères fidèles musulmans de la mosquée Iwalessin située au quartier Yénawa-Daho respectent notre droit à un cadre de vie paisible et à un environnement sain.
Nous vous remercions par avance, Excellence Monsieur le Président de la République, pour toutes les dispositions qu’il vous plaira de prendre pour nous venir en aide.

Le collectif des riverains de la mosquée IwalessindeYénawa-Daho




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer