Actualité

Bénin : en prison à la Criet, le Général Faleti écrit à la cour constitutionnelle

L’investigateur 20/10/2021 à 13:09

Ayodélé Prudence Faleti, alias ‘’Général Faleti’’ a écrit aux sages de la Cour constitutionnelle pour désapprouver sa détention provisoire à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

Le ‘’Général Faleti’’ a écrit à la constitutionnelle lui demandant de prononcer « l’inconstitutionnalité de sa détention provisoire » et par la même occasion, exiger sa remise en liberté. C’est par la truchement d’un recours enregistré au secrétariat de la Cour constitutionnelle sous le N°1360/276/REC-21 du 05 août 2021 et inscrit au rôle de la chambre des audiences plénières du jeudi 21 octobre 2021 que le Général Faleti s’est à nouveau signalé, selon les informations de Banouto.

| Lire aussi : Éducation : pour contrôle de virginité des élèves filles, un directeur et son adjoint suspendus

En effet, son arrestation est intervenue en 2019 après les élections législatives de cette année, élections auxquelles les partis de l’opposition n’ont pas participé. Toute chose ayant engendré des violences. Au lendemain du dialogue politique initié par le président Patrice Talon, des personnes arrêtées lors desdites violences ont été amnistiées certes. Mais après, de nouveaux soulèvements ont éclaté début janvier 2020 ; notamment des émeutes à Savè suite à l’interpellation d’un individu qui aurait mené des actes de vandalisme lors des soulèvements de mai 2019 à Cotonou.

| Lire aussi : Abomey-Calavi : évasion de la prison de 02 détenus placés en quarantaine

Quant au ‘’Général Faleti’’, il a été interpellé le 23 janvier 2020 parce qu’étant identifié comme meneur de troupe ayant affronté les forces de l’ordre à Savè. C’est alors que recherché, le ‘’Général Faleti’’ a été arrêté dans un hôtel à Parakou. Sur lui, la police a découvert une somme d’argent, des gris-gris et divers objets.
Présenté au procureur près la Ciret, il est placé en détention provisoire pour association de malfaiteur, atteinte à la sureté de l’Etat, rébellion, trafic d’armes en association avec une organisation terroriste. Il attend d’être jugé depuis ce temps et c’est pour cette raison qu’il saisit la Cour constitutionnelle pour détention illégale.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook