Bénin : la police dans le collimateur du conseil communal d'Avrankou, voir les raisons

L’investigateur 25/11/2021 à 15:50

À la faveur de l’examen d’un rapport de la commission sécurité notamment sur la situation sécuritaire en cette fin d’année et des dispositions, le conseil communal d’Avrankou a dénoncé les exécutions extrajudiciaires répétées de la police républicaine dans la commune.

Les conseillers communaux d’Avrankou protestent contre un phénomène qui devient monnaie courante dans le milieu. Il s’agit selon eux, des enlèvements et des assassinats ciblés opérés par la police républicaine depuis quelques jours. Selon le compte rendu fait par le média en ligne Crystal News, à plusieurs reprises déjà, des villages ou quartiers de ville de la commune ont été le théâtre de ces événements déplorés par les conseillers, qui selon eux, se passent souvent en plein jour, au vu et au su de tout le monde.

| Lire aussi : Bénin : un homme arrêté pour présumé trafic d’enfant organisé sur le Nigeria à Pèrèrè

Le conseil communal d’Avrankou s’est indigné contre cette manière de procéder de la police qui est sensée protéger la vie humaine. Selon le conseiller communal Paul Déhoumon qui a soulevé la question :" Ce qui se passe n’est pas une bonne chose. On peut nuitamment arriver à faire disparaitre les gens tout simplement parce qu’’on lui reproche quelque chose", a t’il déploré indiquant que peu importe la faute commise par un individu, les forces de l’ordre de la République n’ont aucun droit d’opérer comme ils le font.

| Lire aussi : UAC : 04 personnes en prison pour falsification de notes à l’ENAM

Cet avis a été largement partagé par ses pairs qui pensent qu’il faut prendre la mesure de la " Chose" pour la sécurité des populations. C’est le cas du conseiller communal François Kèkè qui fait cas des conséquences qui peuvent en découler :" On dit oui que c’est des voleurs, des receleurs. On peut dire que l’un d’entre nous est receleur alors qu’on n’est pas receleur. Par exemple, c’est parce qu’on était partie draguer une femme qu’on pensait être libre alors qu’elle n’était pas libre(...) on te dit que tu es receleur. C’est quelque chose de très bizarre. On sait comment ça commence mais on ne sait pas comment ça peut se terminer.", a-t-il expliqué.

| Lire aussi : Denagan : voici en trois (03) points, les caractéristiques de l’artiste décédé hier

Il invite donc le Maire a échangé avec le commissariat de l’arrondissement puisque, selon lui, personne n’est à l’abri. Pour lui, ces actes des policiers peuvent révolter la population et générer d’autres choses plus graves que ce qui se passe. :" Il y’a quelque chose qu’on ne prévoit pas "..

Rollis Houessou




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook