Actualité

Bénin : le gouvernement veut créer des magasins de cession d’intrants vivriers dans les 77 communes pour lutter contre la cherté de la vie

Rollis HOUESSOU 1er/06/2022 à 18:35

L’Office national d’appui à la sécurité alimentaire (ONASA) qui a joué un grand rôle sous le régime du président Boni YAYI, est envisagé sous une autre forme à l’heure actuelle où la conjoncture économique sévit. Le régime de la rupture y a pensé en Conseil des ministres de ce mercredi.

Le gouvernement du Président Patrice Talon veut créer des magasins de cession des intrants vivriers dans toutes les 77 communes afin de contenir la crise alimentaire qui secoue le pays. Pour preuve, après le compte rendu de la tournée d’explication, le conseil a instruit le ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané aux fins de prendre les mesures appropriées, en collaboration avec le ministre de l’Industrie et du Commerce et le ministre chargé de la Décentralisation, pour mutualiser les ressources des directions départementales en vue d’une intensification des contrôles de prix et l’application des mesures répressives conformément à la loi ; du ministre de l’Industrie et du Commerce, en collaboration avec le ministre de l’Economie et des Finances, pour fixer par arrêté, le plafonnement du prix de vente au détail de la farine de blé au consommateur final, sur toute l’étendue du territoire national.

| Lire aussi : Groupe Adeco : le combat du Pdg Brice Hondi pour un nouveau modèle de femmes artisanes leaders

| Lire aussi : Football : Aliou Cissé évoque les atouts du Bénin et l’état d’esprit de son groupe pour le match Sénégal vs Bénin

Faut-il la rappeler, face à la cherté de la vie, la suppression de l’Office national d’appui à la sécurité alimentaire (ONASA) a été plusieurs fois évoquée. Certaines opinions ont regretté la disparition de cet office qui aurait pu selon elles, éviter au pays cette situation. En effet, sous le Président Boni YAYI, l’Onasa avait fait ses preuves dans la gestion des crises alimentaires au Bénin jusqu’en 2016. Il avait pour rôle de gérer la stabilisation des prix des produits vivriers, de leur stockage à leur commercialisation, et d’émettre des avis motivés en matière de politique des prix des produits vivriers au Bénin.

L’Onasa a fait ses preuves pendant la crise alimentaire des années 2007 et 2008. On se rappelle qu’en juillet 2008, le gouvernement béninois avait pris la décision d’installer des comptoirs de vente de produits vivriers de grande consommation (maïs, riz, sorgho…) dans les 77 communes du pays, à travers le Programme national des magasins témoins de l’Onasa. À l’heure où une nouvelle crise alimentaire touche le pays, beaucoup de gens réclament son retour. À défaut de le faire venir, l’actuel gouvernement a fait l’option de le réinventer mais sous une autre forme quitte à lutter contre cette cherté.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook