Présidentielle 2021

Bénin : les exhortations de l’église catholique à l’endroit de Djogbénou

L’investigateur 6/12/2020 à 18:07

L’Observatoire Chrétien Catholique de la Gouvernance (Occg) exige la suppression du parrainage avant le scrutin présidentiel prévu pour avril 2021. Il s’aligne donc derrière la société et l’opposition radicale au pouvoir de la rupture. Certainement que les affidés du régime diront à tort ou à raison qu’il a pris position. Mais il a fait des doléances à l’endroit du président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou.

Les cadres de l’église catholique ont effectué une évaluation de la gouvernance du Bénin de 2016 à 2020. A l’issue de cette évaluation, l’instance catholique a livré le vendredi 4 décembre 2020, à travers un rapport, son impression sur les réformes politiques et le scrutin présidentielle à venir. Le parrainage exigé par le code électoral pour le scrutin d’avril 2021 a beaucoup plus retenu l’attention des cadres catholiques.

Dans ce rapport, l’Occg a souhaité « des élections inclusives comme l’ensemble des citoyens ». Raison pour laquelle « il déplore de ce fait le vote de certaines lois importantes sans qu’au préalable un consensus politique ait été obtenu et sans que des études d’impact appropriées aient été menées, créant ainsi des lois avec des dispositions à l’origine de tensions sociales majeures et difficilement applicables ».

Lire aussi : Ajavon  : diverses fortunes pour l’homme d’affaires dans ses requêtes devant la Cour africaine

Par ailleurs, « l’intérêt du parrainage est de fournir des preuves de l’ancrage social, la bonne moralité et des aptitudes des candidats à la magistrature suprême. Le parrainage remplit sa fonction et montre sa pertinence dans un contexte de démocratie pluraliste où les élus, les personnalités et les citoyens habilités à parrainer des candidats, proviennent des partis de la mouvance et de l’opposition. Par contre, le parrainage peut devenir légitimement source de soupçons et de frustrations susceptibles d’engendrer des conflits et des violences imprévisibles lorsque les personnes appelées à parrainer les autres proviennent toutes d’un même bloc politique », fait constater l’observatoire.

Cependant, l’Occg pense qu’on peut éviter le pire. C’est pourquoi il « exhorte le Parlement et la Cour Constitutionnelle à prendre les mesures requises pour une suppression du parrainage dans le contexte actuel où celui-ci soulève des problèmes qui rendent difficiles son application ainsi que l’organisation d’une élection présidentielle impartiale, transparente, crédible et pacifique ».




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook