Actualité

Bénin : les villes d’accueil de ces Béninois en exil pour diverses raisons

L’investigateur 18/06/2021 à 21:06

Sous le régime de la rupture, la lutte contre la corruption est passée dans une autre dimension. Les proches ou opposants au pouvoir qui vivent dans le pays ont chacun, sa dose, selon l’infraction commise. Le nombre de ceux qui ont décidé de prendre le maquis, n’est pas non plus moindre. Mais ces derniers sont accueillis dans quelles villes exactement ?

A cette question beaucoup peinent à y répondre. Mais selon certaines indiscrétions, plusieurs villes europénnes et africaines accueillent les Béninois en exil.

Lire aussi : Bénin  : Sévérin Adjovi parle un an après sa condamnation

Éparpillés un peu partout à travers le monde, chacun a choisi son pays d’accueil selon ses relations ou ses moyens.

En effet, dès qu’on évoque la question liée aux villes d’accueil des Béninois qui ont fui leu pays pour diverses raisons, on pense à la capitale française. Effectivement, la France a cette facilité ou du moins la capacité d’accueillir les africains opposants aux différents régimes de leur pays, décidés de voir ailleurs parce que sous pression. Dans le cas du Bénin, le roi de la volaille, Sébastien Ajavon qui dès ses premiers jours à Paris, a formellement demandé l’asile politique, figure en tête des Béninois qui y séjournent.

Ensuite on retrouvera d’autres personnalités politiques telles que l’ancien maire de Cotonou, Léhady Soglo, les anciens ministres Fatouma Amadou Djibril, Simplice Codjo, Séverin Adjovi à cheval sur Paris et Londres ’d’où il a accordé une interview récemment à la presse pour remettre au goût du jour, sa condamnation à 7 ans de prison par la CRIET dans un dossier), Léonce Houngbadji etc.

Lire aussi : Madougou : quelques confidences sur son audience chez le juge d’instruction ce matin

Dans la capitale américaine, leur nombre n’est pas négligeable. Mais celui qu’on voit en première ligne est l’ancien ministre Komi Koutché, désormais détenteur d’un grade de docteur en finance. Il se murmure souvent que ce dernier a des atomes crochus avec les autorités togolaises ; et est par moment entre deux avions (USA-Lomé).

D’ailleurs, le voisin d’à côté, Lomé est la capitale, qui selon d’autres sources, accueille le plus grand contingent de Béninois. Notamment ceux qui récemment, ont détalé à la suite des violences préélectorales parce que visés par la justice comme l’ancienne députée Amissétou Affo Djobo. En dehors de ces villes, il y a Lagos, Niamey, Côte d’Ivoire, Niger, Ouaga etc, qui ont reçu leur lot de contingents béninois. Mais comment vivent-ils ? Mystère.

Lire aussi : Bénin : Comlan Fagbémon, nouveau maire de la commune de Bantè

Le cas le plus énigmatique non encore élucidé est celui de l’ancien président Boni Yayi. Tantôt annoncé dans deux capitales africaines, dans l’hexagone ou en Amérique. Il est vrai qu’il n’a pas encore ce statut d’exilé, mais au cours de sa dernière sortie médiatique, le Vice-président de son parti, Eugène Azatassou de Les Démocrates lui recommandait de ne pas chercher à revenir au pays dans les circonstances actuelles.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook