Actualités

Bénin : un collège de 11 "Bokonons" désigné pour la consultation du "Tofâ" 2024

L’investigateur 5/12/2023 à 16:06

Dans son envie de se réapproprier la culture béninoise, le gouvernement a mis en place, un collègue de bokonons pour la consultation du "Tofâ" 2024. Ils sont onze (11) prêtres Fâ, qui ont la responsabilité de décrypter le 10 janvier, les événements heureux ou malheureux qui pourraient s’abattre sur le Bénin dans la nouvelle année.

La pratique du "Tofâ", émanant des organisations de bokonons reçoit désormais l’accompagnement du gouvernement. C’est l’exécutif qui a choisi la date du 10 janvier, alors que cela se faisait avant l’entrée dans la nouvelle année. "Nous ferons ça désormais le 10 janvier, parce que c’est le jour [que] nous avons consacré … Et dans ce cadre, il a été mis en place un collège de bokonons (prêtres Fâ). Ils seront au nombre de 11", a déclaré Jean-Michel Abimbola, ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts le 30 novembre 2023.

Le "Tôfa" existait depuis près de deux décennies. "Pendant 17 ans, il y a eu le Tofâ et je félicite les initiateurs. Parce que ça a permis de préserver cette pratique, ce patrimoine, son importance, son intérêt", a rappelé le ministre. Lors de sa sortie médiatique, Jean-Michel Abimbola a donné les raisons pour lesquelles, le gouvernement a décidé de prendre en main, l’organisation de cette consultation nationale annuelle de l’oracle.

Lire aussi : [Bénin : lancement avec succès de la fête identitaire Glexwe-xwe 2023 à Ouidah devant un parterre d’invités)>https://www.linvestigateur.info/?Benin-lancement-avec-succes-de-la-fete-identitaire-Glexwe-xwe-2023-a-Ouidah&var_mode=calcul]

"Le Tofâ ou Ifa-ilou, c’est le roi ou le chef d’un territoire qui décrète cela. Donc dans un royaume, le roi dit : ‘‘je veux qu’on consulte le Fâ pour le royaume’. En République, qui doit faire ça ? (…) Ce n’est pas parce que nous avons laissé faire jusqu’à présent, qu’on n’aura raison de laisser faire ! (…) Aujourd’hui, nous avons un gouvernement qui souhaite se réapproprier la culture béninoise au profit du Bénin et au profit du monde. C’est pour ça que nous avons discuté avec les uns et les autres pour leur faire comprendre…", a-t-il expliqué.

Il faut préciser qu’après l’annonce des événements qui pourraient avoir lieu dans la nouvelle année, un sacrifice est fait pour conjurer le mauvais sort et éviter les événements malheureux pour la nation.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook