Bénin

Bénin : un député invite les opposants et exilés à la culture du dialogue envers Talon

Rollis HOUESSOU 28/12/2021 à 18:42

Les échauffourées qui ont eu lieu avant pendant et après les élections présidentielles d’avril dernier hantent encore les esprits. Et pour que cela n’arrive point, les Béninois appellent toutes les parties notamment l’opposition à mettre la balle à terre et à la culture de la paix. C’est l’invite du député Benoit Dègla, reçu dimanche dernier sur radio Bénin dans l’émission « 90 minutes pour convaincre ». Il a reconnu au cours de l’émission que la démocratie béninoise a pris un coup.

Le député Benoît Dègla souhaite une décrispation de la tension politique au Bénin. Pour cela, il invite les exilés politiques à cultiver le langage d’appel au dialogue, à l’apaisement et à la concorde :" Depuis les législatives, on a connu une situation malheureuse, des situations dramatiques, des pertes en vies humaines. Les communales moins bien qu’il y ait eu les atteintes verbales et les provocations verbales", a fait observer l’honorable Benoit Dègla. Il se dit déçu par l’attitude des béninois qui sont à l’étranger mais qui n’ont pas pu tenir des propos de paix :" En 2023, il faut qu’on évite cela. Nous sommes dans un Etat de droit, ça, tout le monde doit le savoir. C’est dommage que nous ayons des compatriotes qui soient là au moment où je parle, condamnés qui soient en prison. C’est dommage que ces situations aient provoqué des pertes en vies humaines. C’est dommage pour nous. C’est dommage que notre démocratie qu’on le veuille ou pas ait pris un coup. Des compatriotes qui sont à l’étranger pour diverses raisons mais qu’il n’y ait pas en eux le langage d’appel au dialogue, d’appel à la concorde", se désole t-il.

| Lire aussi : Talon : colère noire des internautes sur une artiste qui souhaite pouvoir à vie au président

Le parlementaire se dit étonné des violences qui ont caractérisé l’élection au regard des propos rassurants qu’avait tenu le Chef de l’État Patrice Talon avant les joutes électorales :" Lorsque tout le monde pensait qu’avec les propos tenus par le Chef de l’Etat, sa volonté de voir s’organiser des élections ouvertes à tout le monde, sa volonté de dire et de répéter que tous les candidats qui le souhaitaient devraient avoir leur parrainage, mais on a pensé vraiment que cette campagne allait se dérouler dans des conditions bon enfant. Malheureusement, il s’est fait qu’au nom d’un certain 5 ans ou rien, il y a des situations qui ont entraîné à notre pays, ce que vous avez connu.", a-t-il fait savoir et de poursuivre :" Une partie de notre pays qui a été pris d’assaut par des individus, des inconnus et violemment nous avons connu des voies qui ont été barrées, des biens brûlés, saccagés. Moi-même qui vous parle, j’ai failli en être victime. J’étais au feu de l’action. J’’étais au cœur de la zone."




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer