Actualité

Bénin : l'opposant Richard Boni pense que Talon peut inverser la tendance au 2ème mandat

L’investigateur 28/09/2020 à 10:19

Dans une lettre adressée au chef de l’Etat, l’opposant Richard Boni semble dire que tout est d’ores et déjà mis en place pour que le chef de l’Etat, Patrice Talon prenne un second mandat. Bien que critique, il estime que le compétiteur-né est en mesure de surprendre agréablement ses compatriotes s’il parvenait à changer de méthode.

Plus personne ne doute des critiques acerbes du politologue béninois Richard Boni à l’endroit de Patrice Talon et ses soutiens. le béninois vivant à l’étranger pense à tort ou à raison que la démocratie béninoise bégaie sous le régime actuel. Dans une lettre ouverte adressée au chef de l’Etat, il pense que tout est mis en place pour que celui-ci décroche sans difficulté un second mandat. « Je me dois donc d’y aller ici, au nom de la conscience collective béninoise et du bien commun, de certaines remarques critiques alors que tout se met autoritairement en place pour votre couronnement en 2021 », a-t-il écrit. Par la suite, il considère que le chef de l’Etat a la possibilité de reprendre la situation en main.

Lire aussi : Bénin : Boni Yayi, sa nouvelle formation politique aurait enregistré des démissions à la pelle

« Il n’est jamais trop tard à cet égard quand on est au timon ; vous inscrire dans la grande histoire est encore une option. Vous pouvez corriger le tir et faire de votre éventuel prochain mandat un moment majeur de l’émergence béninoise ». Richard Boni ajoutera que Patrice Talon a la solution et peut changer la donne s’il le veut bien. « Il n’en tient donc qu’à vous d’être le fer de lance de quelque chose de pérenne et de valable (le développement inclusif du Bénin). Le prolongement de votre présidence peut devenir le moment fort d’une grande reprise en main collective, basée sur la convergence des intérêts, l’égalité des chances, le respect des droits fondamentaux, la création de secteurs industriels innovants et verts, la transparence institutionnelle…, ou n’être qu’une aberration. Bientôt nous aurons à nous prononcer collectivement, j’allais dire démocratiquement, mais pour le moment, c’est à vous, Monsieur le Président, de choisir. »




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook