Actualité

Bénin : une proposition du Professeur Gbégnonvi à Aïvo et Madougou pour recouvrer la liberté

Rollis HOUESSOU 23/06/2022 à 18:55

Reçu ce mercredi sur Bi News dans l’émission "Diagonale", l’ancien Ministre de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Locales, Roger Gbégnonvi s’est prononcé sur plusieurs sujets brûlants de l’actualité sociopolitique du Bénin dont le cas du professeur Joël Aïvo condamné en décembre dernier.

Le Professeur Joël Aïvo et Reckya Madougou ont été condamnés en décembre 2021 après les violences préélectorales par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Le premier cité, condamné à 10 ans de prison pour atteinte à la sûreté de l’Etat et blanchiment de capitaux, et l’ancienne ministre à 20 ans de prison pour association de malfaiteurs et financement du terrorisme. Interrogé sur les possibilités qui existent pour voir ces deux figures politiques et les autres opposants condamnés dans le même dossier, de recouvrer leur liberté, le professeur Roger Gbégnonvi a donné une piste mais pense que Joël Aïvo a été naïf. " Mon jeune collègue Joël Aïvo.. s’est laissé emporter, manipuler, il n’avait rien à chercher dans ce milieu. Les meetings qu’il tenait ont besoin de beaucoup d’argent, peut-être qu’il n’a pas cette surface financière (ndlr) mais qu’on l’ait aidé, je trouve que c’est normal", a-t-il analysé. Il estime que seule la grâce présidentielle peut les aider à rejoindre leurs familles respectives.

| Lire aussi : Culture : le gouvernement crée un comité de développement touristique et lui assigne une mission bien précise

Cependant, il faut que les intéressés eux-mêmes manifestent cette volonté et cela passe par la rédaction d’une lettre pour demander cette grâce au Président de la République, déclare le professeur. Toujours dans ce cadre, l’ancien Ministre ne voit pas l’ancienne ministre de la justice Reckya Madougou faire 20 ans derrière les barreaux. Il est convaincu que quelque chose sera fait. Il pense déjà à la fête de l’indépendance du Bénin qui se célèbre tous les 1er Août de chaque année. Pour lui, cette fête pourrait être une occasion pour la gracier, elle et pourquoi pas les exilés politiques en l’occurrence le fils du Président Nicéphore Dieudonné Soglo en la personne de Léhady Soglo.

| Lire aussi : Noble art : la fédération de boxe reporte son Assemblée générale extraordinaire et donne les raisons

Parlant justement de Nicéphore Dieudonné Soglo, Roger Gbégnonvi trouve que c’est salutaire sa rencontre avec le Président Patrice Talon. À l’en croire, les dernières rencontres qui ont eu lieu entre les présidents Patrice Talon, Nicéphore Dieudonné Soglo et Boni Yayi sont à encourager puisqu’elles participeront d’une manière ou d’une autre à l’apaisement des tensions. " C’est toujours bien qu’un Président en exercice décide de rencontrer un Président qui est en retraite politique". Mais le professeur désapprouve le fait que certains opposants pensent que la décrispation du climat politique au Bénin passe forcément par la libération des personnes arrêtées lors des violences qui ont émaillé la dernière présidentielle.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer